Professeur des écoles en Guyane : 3 ans minimum !

Bonjour,
Information importante à l’intention de tous les professeurs des écoles désirant venir s’installer et enseigner en Guyane, et dont le rectorat se garde bien de faire publicité …


« Le rectorat de Guyane, personne ne vous croira. »

Professeur des écoles en Guyane : 3 ans minimum !
Sachez que du fait du manque d’effectifs récurant dans le département, le recteur d’académie bloque désormais systématiquement ou presque toutes les demandes de mutation hors département pour tout enseignant du 1er degré n’ayant pas effectué 3 années sur place. Vous ne participez donc même plus au mouvement, votre dossier étant jugé ‘défavorable’ pour ‘raison de service’. Et qu’importe que votre compagnon soit obligé de retourner en métropole pour des raisons professionnelles, que vous ayez des enfants ... Cela va à l’encontre même des préconisations détaillées et parues au journal officiel dont vous trouverez lecture ici : http://www.education.gouv.fr/bo/2004/35/MENP0402129N.htm
Non pas que cela puisse paraître scandaleux, mais à aucun moment cette information pourtant importante et parfois lourde de conséquences n’est mentionnée sur le site de l’académie de Guyane.
A tous ceux qui souhaitent effectuer une première année ici, je vous invite donc vivement à envisager cette nouvelle donne, et le cas échéant à peut-être préférer pour la première année la solution d’une ‘mise en disposition’ qui vous permettra, si la Guyane ne vous convient vraiment pas, un retour automatique.
Désormais, c’est donc trois ans minimum, que cela se sache, et cette année c’est une vingtaine de personnes qui n’ont pu participer au mouvement pour ‘raison de service’.
« Le rectorat de Guyane, personne ne vous croira. »
A bon entendeur, salut !
25 Mars 2005 - écrit par br_tmp@yahoo.fr



Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

18.Posté par julias le 17/05/2005 20:52
Bonjour à tous,

Je suis une enseignante "locale", c'est - à dire que je suis une guyanaise, avec tout ce que cela comporte de chauvinisme mais j'essaierai de rester aussi objective que possible face à ce que je viens de lire...
En commençant par énumérer des faits;
Durant ma première année d'IUFM, il y avait 60% de "métropolitains" de provenance directe, la plupart ayant au minimum un bac+3, au maximum +5. La majorité venait de parce qu'en Guyane c'était plus "facile" de passer le concours, le reste, je cite "parce que mon mari a été muté en Guyane" ou alors "nous voulions faire le tour des DOM".

Cette année après un an de bons et loyaux services je m'aperçois que ces personnes participent au mouvement par obligation( la 1ere année en tout cas.) et sont soudainement mutées en métropole. Je ne connais pas les raisons mais je pense que certainement elles ont fait de leur mieux cette année pour faire avancer leurs élèves et que ceux- ci, surement, garderont un bon souvenir de leur enseignant (e).

Il me semble,pour répondre à br,que lorsque l'on vient en Guyane
pour la première fois,on se renseigne sur les vaccins à prendre, sur les nombreux serpents venimeux et sur les araignées velues qui hantent les maisons et les rues de notre si beau pays, sur la culture des indigènes qui y vivent et sur le moyen de ce loger etc.
Je pense, concernant son travail qu'il faut en faire autant que pour sa santé, et que pour son bien être sinon pourquoi prétendre venir ici pour y travailler? mais ce n'est que mon humble avis...

Les chasseurs de prime, les profiteurs et les fumistes sont présents partout je ne les blame pas ils ont raison, quelque part ,dans ce cas ils prennent la place des "locaux" qui essaient veinement de passer ce concours que l'on dit si facile.

Je crois que l'on peut tirer son avantage partout ou il est, l'essentiel étant d'en profiter au maximum et d'en garder un bon souvenir.

A bon entendeur salut, pour avoir la prime en entier il faut pour cela rester 4 ans. Sinon la prime, il faut soit la rembourser, soit elle n'est versée que partiellement mais c'est toujours ça de pris n'est-ce pas?

Ne mettons pas cependant toutes les brebis dans le meme sac, les fumistes sont partout meme dans les champs les plus éclairés.

Amis d'ici ou d'ailleurs venez faire votre petite place au soleil tout
le monde y a droit mais n'oubliez pas que de part vos avantages certains, vous êtes redevables envers nos chères petites têtes guyanaises, adultes de demain qui se souviendront certainement de vous alors que vous les aurez, depuis longtemps oubliés...

17.Posté par céline le 12/05/2005 22:32
je suis assez stupéfaite de tout ce que je viens de lire !
Je suis instit ( oui, il y a encore des rebelles) en haute Marne, en milieu rural, classe unique à 22 élèves. Situation pas à plaindre. mais j'en viens au fait.
je suis en passe de demander ma permutation pour la Guyane, suivant mon époux lui_même muté. Et lire ce que je lis sur les enseignants me surprends. Peut-être suis-je naïve mais que tous soient attirés par l'argent, l'oisiveté, l'opportunisme et j'en passe, je n'y crois pas.
J'ai déjà enseigné à l'étranger 3 ans ( NIGER) et là comme ailleurs, il y a des brebis galeuses, alors cessons de jeter la pierre.
Si l'enseignement en Guyane rencontre des difficulté, ne mettez pas tout sur notre dos.
Mais je crois que rien que pour cela, j'ai presque hâte d'y être.

16.Posté par Michel le 13/04/2005 09:27
Cher Ignace
Depuis 99 selon mes infos venant du coprs professoral, la situation a plutôt empiré, eu égard par exemple au manque de profs qui génère des classes surchargées et à terme une oisiveté grandissante des élèves. Le rapport 246 fait état de l'emploi, conséquence de l'éducation mais hélas aussi des décisions politiques prises par le pouvoir régional et départemental. A part le CSG, rien n'est envisagé en Guyane. Pas de projet industriel ou agricole. Avez-vous déja vu du riz de Mana chez Carrefour à St Denis ? Vous y trouverez par contre du riz du Surinam. C'est un exemple isolé qui donne un aperçu du reste. Par exemple, la masse salariale des conseils généraux en métropole est de 15% du budget annuel. Aux Antilles elle est de 25%. En Guyane, elle dépasse maintenant les 50%, ce qui laisse une toute petite place pour l'initiative créatrice d'emplois. En Guyane chacun tire la couverture à soi, fait embaucher son cousin au département, à l'ONF, à la mairie, etc. mais rien de productif ne se produit. Le désastre guyanais est entre les mains des politiques que l'on peut rencontrer quelquefois à Orly vers 7 heures du matin, avec leur état-major arrivé tout juste de Cayenne. Un homme pourtant se bat en faisant ce qu'il peut devant une opposition destructive, c'est Léon Bertrand. Que l'on soit de droite ou de gauche, il faut reconnaître qu'il n'a pas froid aux yeux. La région ou le département c'est une autre affaire car il y a tellement d'emplois créés par sympathie que tout ce qui se fera sera fait en tenant compte du cas personnel de certains élus ou salariés de ces administrations. Joseph Ho Ten etc. l'ex président du Conseil Général disait qu'on allait dans le mur si on continuait ainsi. Le mur est là à quelques pas. Ayant dirigé une grosse entreprise en Guyane et en plus en tant que fils d'enseignant, prof praticien en enseignement supérieur à Paris, je suis objectif dans mon jugement car je n'ai pas de cousin frère ou soeur travaillant à la région ou au CG. Votre cas par contre, doit être pire que celui de vos collègues de Guyane, car le 9-3 comme on dit dans les cités est difficile, et au lire de vos arguments, je crois que vous êtes un pur produit d'une vocation qui se fait de plus en plus rare. Bravo pour ce que vous faites et vos élèves doivent y voir un profond dévouement. Pourvu qu'ils en soient conscients et qu'ils en profitent !

15.Posté par Ignace le 12/04/2005 22:22
Bonjour,
Je suis professeur des écoles en "Métropole", plus précisément en Seine-Saint-Denis (93), dans une "Zone Ultra Sensible" (ZUS) et volontaire aussi. Dans mon école, et dans ma classe de CM2, il y a des guyanais, rassurez-vous, ce ne sont pas les plus faibles... Mais ce débat ne m'intéresse pas vraiment. Ce qui en revanche, m'intéresse davantage c'est la situtation de l'école en Guyane. Visiblement, les profs ont très mauvaise presse chez vous ; et si j'entends bien les différents témoignages, ils seraient plutôt du genre paresseux, incompétents, profiteurs et tout juste bons à prendre l'argent sans rien donner en échange, des voyoux quoi ! J'avoue qu'avec ce genre de discours je reste un peu sur ma faim.

Alors, je suis allé voir le rapport n° 246 de la commission Sénatoriale (cf. site du Sénat) dont parle Michel, et la description du département qu'on y fait là est assez alarmante, voire même très inquiétante, peut être que cela a changé depuis 1999 (!). En effet ; même si la situation scolaire n'y est pas directement abordée, on a du mal à penser à une école calme, sereine et idéale en Guyane dans les conditions décrites par ce rapport. Bref, moi qui pensais que je ne pouvais pas tomber "pire" que là où j'exerce actuellement, dans ma banlieue (j'y habite aussi), maintenant je ne suis plus aussi sûr de moi.
Comme je disais, les choses ont peut être changé depuis 99, c'est possible. A ce propos, j'aimerais qu'on m'en dise un peu plus sur l'école en Guyane, mais moins sur le mode "les profs sont tous pourris" que pour une description empirique de la part de gens qui connaissent le terrain : parents d'élève, profs, élèves sur Cayenne ou ailleurs.






14.Posté par Michel le 12/04/2005 19:02
La controverse est intéressante. Si j'ai dit que le niveau est au-dessous de celui des autres élèves de métropole, c'est que je tiens ce constat de nombreux parents guyanais qui sont en métropole. Il n'y a pas que la Guyane, les Antilles sont aussi concernées et ce matin même j'en discutais avec une maman de Guadeloupe qui se félicitait que son fils pourtant en 3ème année de maternelle, était en métropole pour y suivre au moins ses études primaires. Ce qui m'a inquiété en Guyane, c'est que j'ai rencontré beaucoup de parents dont les enfants redoubalient le CE2 à presque 11 ans pour des lacunes en lecture. Il ne faut pas en faire un cas général, car en Guyane il y a des réussites également, mais en toute objectivité ceux qui ont le courage de s'exprimer sur ce sujet ont à peu près le même point de vue. Quant à la caste des enseignants (que j'ai fréquentée dans l'enseignement supérieure comme prof) elle creuse le fossé entre les réalités de la vie professionnelle et son propre idéal. On ne prépare plus comme avant les élèves à la compétition en leur prodiguant un bonne culture et le sens du travail. J'affirme qu'on préfère pratiquer un nivellement par le bas. Heureusement que parmi la population des élèves tous niveaux confondus, il y a encore des bûcheurs qui seront les patrons de demain. Le déclin est là, mais ne durera pas car l'europe amènera des salariés "qui ont faim", et la concurrence des compétences va faire des dégâts. Tant pis pour ceux qui grogneront toute leur vie de leur bas salaires, bravo à ceux qui s'en sortiront.

13.Posté par Kriss le 12/04/2005 15:10
Je plaint ces pôv enseignants, quand je vois ce qu'ils gagnent.... 95% des Guyanais ne les envient pas du tout... dur dur d'être un enseignant. Quelle force moral ils ont!!. Supporter d'être payer sans aucune obligation de rendement. Dur dur, ne pas avoir que faire de leur temps libre. Dur dur, Fuir son travail avec plusieurs jours d'avances lors des inombrables vacances.... Dur dur, laisser les classes pour aller se remettre à niveau (et quel niveau!) dans des stages bidons. Dur dur....on pourrait en faire une chanson....

12.Posté par bakalimo le 12/04/2005 13:18
en fait moi je suis en guyane depuis 1985 j'ai fait mes études ici,
primaire, collège, lycée, université.... et cette année je compte valider ma licence réseau, mais le problème c'est que je ne suis pas français et je trouve que c'est pas normale que je ne peux pas avoir ma place sur l'enseignement à cause de cela... en plus je veux devenir français mais ça met trop de temps... eh je suis douée sur ça... car j'ai déja fait des réussite sur des étudiants qui ont eu leur concour et diplomes....ah ah !
vaut mieux regarde le sens intéllectuel que la nationalité!!!!!!!!!

11.Posté par Sista le 12/04/2005 12:04
Ben moi personnellement j'ai fait ma scolarité en Guyane là je suis en métropôle (je veux être prof) et je ne me sens pas plus bête su'un autre au contraire, mes notes sont bien supérieur à la majorité des élèves donc voilà, faut pas généraliser !!
Personnellement je compte bien retourner en Guyane pour y travailler !! Il manque des profs eh bien j'arrive, lol !!!

10.Posté par MICHEL DELEAU le 10/04/2005 17:56
Réponse pour Jay. L'argent des profs chasseurs de primes ne m'intéresse pas, mes moyens sont très au-dessus, ce qui ne m'empêche pas de m'intéresser au déclin du niveau pédagogique des enseignants en général. Un ami prof à Cayenne, me disait que 2 ans après son arrivée en Guyane, il avait compris qu'il était le seul à faire correctement son boulot. Ayant adopté une attitude très locale, ses collègues lui ont dit "Tu as changé depuis ton arrivée à Cayenne..." Je suis devenu comme vous répondait-il. Ses collègues riaient jaune. Effectivement, il est devenu comme eux : cool, pas de zèle, laisser faire, faire le strict minimum, s'absenter comme les autres. etc... Ce fait que peu ont le courage d'assumer est courant dans le département.
Devinez qui a écrit : "Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parcequ'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux l'autorité de rien et de personne, alors, c'est là en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie". L'auteur n'est autre que Platon qui a philosophé sur le sujet en 347 av JC. Méditez cela brillants professeurs qui croyez appartenir à une couche sociale au-dessus de la moyenne. Votre déclin se cache derrière la revendication permanente de demande de moyens. Toujours plus de moyens dit la FEN, mais quid des résultats ? Au fait pouvez-vous donner le nom d'un ministre de l'éducation dont la réforme a été acceptée par les enseignants ? On attend toujours...

9.Posté par Michel le 10/04/2005 10:27
Reportez-vous au rapport N° 246 de la commission sénatoriale qui s'est rendue en Guyane du 23 au 30 juillet 1999, présidée par Jean DELANEAU? sénateur, intitulé "La Guyane, une situation sanitaire et sociale préoccupante" et vous saurez tout d'une manière officielle et incontestable sur les dysfonctionnements du département en matière d'éducation et par voie de conséquence de résultats scolaires. Interrogez les parents d'élèves guyanais dont les enfants sont en métropole, et ceux qui reviennent de Guyane. Ne vous voilez pas la face, si les résultats scolaires étaient à la hauteur ça se saurait et "HEC ou le lycée Henri IV seraient à Cayenne". Ayant été employeur dans le département, j'ai pu voir ce que produisait le système éducatif du département. Quand on veut des résultats, il faut s'en donner les moyens et la volonté. Cette volonté on la trouve chez les parents d'élèves et chez les enseignants. A chacun son boulot !

8.Posté par jay le 09/04/2005 18:55
Jusqu'à présent, je pense que les concours sont ouverts à l'ensemble de français ... aussi si l'argent des autres vous intéresse tant pourquoi ne passer vous pas les concours !
Quant à dire que les élèves métropolitains "régressent" en venant en Guyane cet argument me semble bien fallacieux
A bon entendeur, salut

7.Posté par Michel le 09/04/2005 09:18
400 000 FF c'est ce que touche un prof au 11ème échelon au bout de 4 ans de Guyane. Cette prime est payée à 50% au bout de 2 ans me confiait un ami professeur de carrosserie au lycée technique de Cayenne. Et si on parlait résultats scolaires avant de parler primes d'expatriation ? Pourquoi les élèves arrivant de métropole sont dans les premiers au début de leur séjour en Guyane, puis de bons moyens sinon mauvais lors du retour en métropole ? Qui peut répondre courageusement à ma question ?

6.Posté par mimo 97320 le 05/04/2005 00:26
Salut à tous ! moi j'ai fait le chemin inverse et je voudrais si possible que l'on me donne une réponse crédible.Pour être titularisé PLP2 GENIE CIVIL, j'ai dû partir sur Paris passer mon concours, on m'a affecté dans l'académie de caen et maintenant que je demande la prime d'éloignement on me dit que j'aurai du être titulaire en Guyane pour y avoir droit. Donc ma question est comment puis je être titulaire en Guyane quand les concours se font en métropole et comment régler mon problème ? Cela fait plus de 2 mois que j'attend une réponse écrite de leurs part, même négative. mo ka pensé ki mo pé atônne toujou. Merci d'avance

5.Posté par coolax le 04/04/2005 04:20
Salut à toi br mais il me semble que la prime est versée par tranche et que les 4 ans garantissent en réalité la totalité de la prime. Donc même si certains "filous" ne font pas 4ans ils touchent et touchent bien.... quoi qu'il en soit tant mieux si vous n'êtes pas concernés par cet état de fait... Entre parenthèse il ne s'agit pas de venin soit pas sur la défensive !! Les réponses sont tout à fait logique vu qu'il y a de plus en plus d'originaires de métropoles qui sont de plus en plus attirés par le fric et la sois disant découverte !!!!

4.Posté par br le 31/03/2005 01:01
Petites réponses aux trois messages précédents.
Je ne suis pas fonctionnaire et ne me sent donc pas concerné par les avantages que vous citez ...
En venant en Guyane et en quittant mon boulot en France, j'ai fait de nombreux sacrifices financiers que je ne regrette pas tant l'expérience Guyanaise mérite d'être vécue.
Le fait est qu'il est par contre pour moi difficile d'y trouver un emploi stable, surtout sur Saint Laurent.
Mon amie n'a pas passée son IUFM en Guyane, relisez mon texte.
La raison de mon article est d'alerter les enseigants du premier degré souhaitant demander une mutation pour la Guyane en leur disant que désormais, le rectorat bloque certaines demandes de retour avant 3 années passées ici, du fait du manque d'effectifs.
Non pas que cela soit scandaleux dans le principe, mais encore faudrait-il le dire de façon OFFICIEL et ne plus piéger les professeurs des écoles.
Pour ce qui concerne les abus, c'est un autre débat.
Personnellement, je suis moi aussi scandalisé par certains comportements. Mon amie, elle aussi est fière de son travail et travaille dure. Merci pour elle.
Un dernier mot, pour toucher la prime, il faut rester 4 ans. En étant contraint de repartir au bout d'une année, elle ne touchera rien, ce qui nous semble tout à fait normal.
Mais allez-y, crachez votre venin ...

3.Posté par miss le 29/03/2005 20:26
Ce qui tu ne dis pas dans ton article, oh pauvre enseignant au 40% largement utilisé pour partir en vacances 3 jours avant la date légale et revenir 3 jours après... Ce que tu ne dis pas, c'est que la plupart des "nouveaux" enseignants issus de l'IUFM de Guyane TRICHENT et demandent à rentrer en métropole sans faire leurs 3 ans...
C'est MALHONNETE
Quand on joue, on accepte les règles du jeux...
Oui l'IUFM de Guyane est plus "facile" car on manque d'enseignants... mais il y a la contrepartie, tellement difficile je sais : rester en Guyane 3 ans !!!
Je te plains...

2.Posté par Joffroy le 29/03/2005 16:29
Et comme on dit le beurre ne suffit pas, il faut aussi l'argent du beurre.
Si ça ne vous plaît pas, rien ne vous empêche de rester là où vous étiez !

Un enseignant fier de son travail, qui a et qui continue à travailler dur

1.Posté par dégraiçonlemamouth le 29/03/2005 12:43
oh ! les pauvres enseignants !
ils ont raison de se plaindre au regard des conditions de vie qu'ils ont ici et des conditions matériellles qui leur sont offertes.
supporter pendant 3 ans les 40% de prime, les congés bonifiés, les horaires du primaire ne respectant nullement le rythme des enfants mais donnant des après midi entières aux enseignants, et ceux qui viennent de métropole pour passer le concours IUFM à cayenne car ils n'y arrivent pas en métropole.
désolé, je ne vous suivrai pas sur ce combat !

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter



Les annonces

Vente (4)

Divers (2)


Dernières annonces postées



Facebook

@ouebtv
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube