Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Qu’en pensez-vous ? Les containers de la Glacière


Qu’en pensez-vous ? Les containers de la Glacière
Depuis deux semaines, le lieu dit La Glacière, situé tout en haut de l’avenue du Général de Gaulle, à côté de la cité des Orchidés, a vu son accès au fleuve Maroni interdit par d’énormes containers rouillés, posés là par les services techniques de la mairie. Cette mesure, qui fait partie de celles prévues par le Contrat Local de Sécurité signé il y a quelques années, a été décidée conjointement par la mairie et la sous-préfecture. La fermeture du débarcadère s’inscrit donc dans le cadre de la lutte contre le trafic illégal de personnes et de marchandises entre St-Laurent et le Suriname, et devrait satisfaire les habitants du quartier qui se plaignent régulièrement du bruit et de l’agitation perpétuels qui y règnent. Seulement, elle n’aurait dû logiquement intervenir qu’à la mise en service d’un port canotier dans la sous-préfecture.

Qu’en pensez-vous ? Les containers de la Glacière
En l’absence de M. Le Lavennec, responsable de la SENOG qui doit se charger de sa construction, nous n’avons pu obtenir de date quant à sa mise en chantier et sa livraison.
Pour l’instant, on peut donc légitimement s’interroger sur l’efficacité réelle de cette fermeture quand on sait qu’un petit passage entre un container et le mur d’un commerce voisin laisse quand même un accès au fleuve et que la glacière n’est pas le seul point de la rive où accostent les canots.
Quelques habitants de St-Laurent nous donnent leur point de vue sur le sujet.

Agnès: Je crois qu'ils ont fait avec les moyens du bord
Je pense qu’on aurait pu mettre la douane là, un service d’intervention. Evidemment, ça casse le charme du quartier parce que ces containers, ça ne fait pas joli, ça ne fait pas propre mais il fallait quand même interdire cela. C’est le soir qu’il faut voir ce qui se passe ! Dans la journée, il y a du va et vient, les gens qui habitent là n’arrivent pas à vivre ! Je pense qu’il faut empêcher cela, on ne peut pas rester dans cette situation, il faut un remède. Même si ce n’est pas joli, les containers, c’est ce qu’on a… Je crois qu’ils ont fait pour l’instant avec les moyens du bord et qu’ils vont prendre d’autres dispositions.


Georges, habitant du quartier: Cela n'a rien changé!
Je ne dirais pas que ce n’est pas une bonne mesure, puisque cela va un peu diminuer le trafic des taxis marron mais au niveau du trafic d’essence, cela n’a rien changé ! Dans le quartier, c’est un peu plus propre mais le cadre n’a pas vraiment changé : c’est toujours le même bruit, toujours le même trafic. Les gens sont toujours sous les bâtiments sauf que lorsqu’ils ont mis les containers, ils se sont déplacés du bâtiment B au C, et les taxis au noir sont également partis là-bas, donc vraiment, ça n’a rien changé !

Marthe: Maintenant on peut circuler normalement
C’est une très bonne chose d’avoir mis ce barrage ! Lorsque je passe avec ma voiture, souvent j’ai peur et j’accélère parce que j’ai peur qu’on ouvre ma voiture, qu’on y pénètre et qu’on fasse n’importe quoi ! C’est une très bonne chose, on peut maintenant circuler convenablement.

Marcelle: La gare routière n'a pas été construite pour rien!
A partir du moment où une chose n’est pas légale, c’est normal de prendre des mesures ! Mais ils se déplacent, ils vont plus haut, il faut donc suivre partout. Parmi les taxis, il y en a qui n’ont pas de patente. Même ceux qui sont en règle ne sont pas d’accord avec ces containers, c’est sûr puisque c’est là que se trouve toute la clientèle. Pourtant il faut bien faire quelque chose pour amener tout le monde à la gare routière parce qu’elle n’a tout de même pas été construite pour rien !

Grace, habitante du quartier
Je crois que c’est une très bonne chose et cela fait longtemps qu’ils auraient dû faire ça, mettre des barrages parce que cela aurait continué et ce n’est pas bon pour nous ici.

Victor:Il y a beaucoup de laisser-aller!
Je crois que c’est une bonne chose qu’ils ont faite car je me rends compte qu’il y a beaucoup de laisser-aller au bord du fleuve. En plus, dans la cité, il y a beaucoup d’habitants qui sont complices car c’est parfois dans les maisons que sont cachées les marchandises. C’est difficile de dormir puisque toute la nuit il y a le bruit des canots et le bruit des portes d’appartements. Quand les voisins se plaignent, c’est tout juste si ils ne se font pas agresser, ils n’ont le droit de rien dire !

José SOPHIE, président du Syndicat des Taxi de l’Ouest (SATIG)
Ce que je peux en dire, c’est que c’est un peu laid mais logiquement la mairie fait ce qu’elle veut. Il y a eu l’accord du sous-préfet et je pense que si les containers sont là, c’est parce qu’il y a eu une concertation entre l’Etat et les services municipaux de St-Laurent. Personnellement, je n’ai rien à dire, il font ce que bon leur semble. Aux Services techniques, il y a certains responsables qui n’ont pas leur place mais leur dire ça, c’est vexant et on passe pour le plus mauvais ! Par exemple, pour pouvoir organiser un réseau comme SEMABUS avec les transports Palmier, Rino, Sophie et que ça ne donne rien, c’est désolant ! Le problème ici, c’est qu’on a des milliers de clandestins, on n’a pas de fourrière, alors que c’était prévu, il parait qu’il y aura trois motards mutés sur St-Laurent, vrai ou pas vrai, je ne sais pas, on n’entend que des dires ! Moi taxi, j’irai où l’Etat me dit d’aller, sachant très bien qu’en réseau urbain, sans argent on ne peut rien faire. Nous sortir de la Glacière pour nous mettre au bac ou à la gare routière, de toutes façons, il faut qu’il y ait rentabilité pour nous. Que je sois à un endroit ou à un autre, ce qui m’intéresse c’est la rentabilité de mon camion qui me permette de rembourser le prêt que j’ai fait pour l’acheter.

Qu’en pensez-vous ? Les containers de la Glacière
22 Février 2005 - écrit par Rédaction


              

Commentaires

1.Posté par PINAS 973, alias LE RAVET. le 22/02/2005 21:28
Tout à fait d'accord avec PaulHD. Il y a d'autres maniéres de faire respecter la loi. Encore faut-il que la volonté soit là... A un moment où il faudrait être ROMAINS, nous ne sommes même pas ITALIENS... Dans cet Etat en déliquescence qui se gargarise néanmoins (et sans rire) d'être de droit, on essaye de faire croire qu'avec une poignée de containers plus ou moins pourris on lutte contre l'immigration clandestine... De qui se moque-t-on en Guyane? Avec plus de 30000 garimpeiros clandestins qui pillent, polluent et détruisent l'environnement en toute impunité, avec un taux d'étrangers en situation irrégulière défiant toute concurrence, que fait cet Etat dit de droit? Il aligne en bordure de fleuve des containers... Au-delà de l'esthétique, cela est tout simplement pathétique.
Nos valeureux législateurs, qu'attendent-ils pour mettre un terme au statut d'eaux internationales du fleuve Maroni? Car juridiquement parlant, aucune autorité et donc contrôle ne peut être exercée sur ce fleuve! Il faut croire que cette situation pour le moins étrange arrange bien certains, sinon pourquoi perdure-t-elle? Cette situation juridique absurde entrave toute lutte se voulant sérieuse contre immigration et insécurité.
Il ne faut pas raconter n'importe quoi. Ceux qui abritent et donc recélent de la marchandise de contrebande sont connus sinon facilement repérables. Qu'attendent nos réputés vaillants gabelous pour verbaliser massivement?
Qui ne se rappelle pas les vibrantes promesses faites au moment de la zone franche urbaine? Tout allait marcher comme sur des roulettes... Un effort conséquent allait être fourni en matiére de lutte contre l'insécurité. Tous peuvent en mesurer l'impact. Le but était bien d'attirer des investisseurs. Cinq ans plus tard, les trottoirs sont encombrés de vendeurs clandestins, les petits commerces connaissent des difficultés croissantes. Et comme ils ont pignon sur rue, ils doivent payer URRSAF, CGSS, taxe professionelle, etc... Avec en prime un bon braquage de temps en temps. Messieurs, ce n'est pas une zone franche que votre politique a instauré, c'est franchement la zone!
Revenons à vos dérisoires et pitoyables containers. Faute de faire payer celui qui l'avait cassé pour cause de surcharge, un de ces emballages avait déjà été utilisé pour "réparer" le pont Portal. Encore un chef d'oeuvre de génie civil... En Guyane un octroi de mer imbécile car démotivant et puissant instrument de sous-développement fait que le port de Cayenne est le premier port d'Amérique du sud exportateur de containers vides... Ceci est lamentable.
Le risque de cette politiques des containers bons à tout faire est de voir une montée des déménagements vers des cieux réputés à tort ou à raison plus cléments.
Au fait, une fois ce fameux casino construit, que vont décider nos "responsables"? Un mur de containers pour arrêter le risque de blanchiments de capitaux? C'est qu'un container, c'est efficace. C'est bien connu...
Sinistre bande de guignols pompeux!!! A quand un container de 40 pieds aller simple, pour vous y entasser et vous larguer à la dérive?
Quant aux quatre oignons et autres laitues saisies les jours de marché, c'est tellement grotesque que cela ne justifie aucun commentaire supplémentaire...
Et si vous croyez que c'est avec les moyens dont dispose la justice que la situation va s'arranger...
Pauvre Guyane, tu es sur une bien mauvaise pente. Mais tu mérites tellement mieux que ça!!!
PS: J'adresse à Eric copie des statuts du fleuve Maroni. Quiconque pourra les demander.

2.Posté par Chaline le 23/02/2005 21:03
Le MUR DE LA HONTE
A l'heure où l'on déplore le comportement d'Israël, au jour où, il y a quelques années, nous avons enfin réussi à détruire un sinistre mur à Berlin, nos "responsables" dressent un mur ignoble au propre comme au figuré. L'absence de port piroguier rajoute au ridicule. J'habite ce quartier où je n'ai pas besoin de verrouiller mes portes quand j'y passe. Sauf à venir voir "les animaux" qui le fréquentent il n'y a pas lieu à venir passer ici pour accélérer! J'attends un bateau, réglementairement immatriculé, je pensais être légitimement fondé à l'amarrer près de chez moi. Que nenni, quartier bani ! Les rives du Maroni interdites aux habitants ? Y auraient-ils les bons St Laurentais et les Mauvais ? Quels sont les critères déterminants au mépris de ce quartier. Immigration clandestine ? Mais mon bon monsieur, je suis français comme vous je me déplace sur le fleuve coté français et je paye impôts et taxes pour le faire. Ca ressemble quand-même-un-petit-peu à de l'entrave à l'exercice d'une profession, car pour ma part je ne peux me rabattre sur la gare routière... Ah oui, j'oublais, ce quartier est un quartier pourri par les occupants du sol ( de jour ) ils sont "bushi nenge" donc : tous clandestins, traficants de drogue, d'essence, de coca-cola, de melons d'eau la liste est longue de ces produits dangereusement visibles et consommés même par notre vaillante police municipale. Respect du droit du commerce ? oui , à quand les bazars chinois fermés le dimanche comme de droit...? Je donne une tolérance aux commerces d'alimentation pour le dimanche matin, mais parle-t-on là de concurrence déloyale ? non. Tare congénitale et héréditaire : BUSHI NENGE , surtout : pou mo moun kréol. On peut bien rayer ce quartier de la carte visible de notre ville qui va s'enorgueillir bientôt d'un 4 * plus et d'un casino. Quelques indiens Arawacks virés à toutes fins... bof indiens de Balaté ou du Haut-Maroni, nègres marron, gens de peu d'importance pour nos élus ( dont la Suffisance vaut compétence, et l'Adminsitration à leur service. Brave gens votre Maire cumulard ne peut se démettre sans lui point de salut pour notre ville si particulière. Quand elle sera totalement défigurée par la bêtise et la vanité qu'en sera - t il de la vision qu"en auront les visiteurs. Forts de notre exemple les Suisses ne tarderont pas à ériger un mur au fond du jardin des frontaliers....
Nota: ma femme est bushi-nenge pas de chance pour qui? Heureusement pour elle elle est française depuis plusieurs générations mais ça ne se voit pas, allons bon.
Nos enfants vont à l'école, tous les petits français du fleuve n'ont pas cette chance.


3.Posté par fabu le 24/02/2005 01:26
Pour moi c’est simple de mettre ses containers la ou il est ne serre à rien il ne les empêche ni d’accoster avec leur pirogue, ni de passer à pied entre un espace qui a été laisse.
Alors ses retirer un problème pour le mettre autre par, mes ou maintenance ?

4.Posté par PINAS973 alias LE RAVET le 24/02/2005 04:08
Bravo Chaline ! L'allusion au mur de la honte m'avait effleurée mais mon souci était de faire court, donc d'élaguer ma réaction. Cette pitoyable affaire de container est en train de m'inspirer un texte traitant du sujet de façon humoristique voire burlesque. Car finalement, ces élus encravatés et prétendus responsables, agissent-ils ailleurs que dans le domaine du dérisoire ? Méritent-ils autre chose que l'ironie, forme évoluée du mépris ? Devons-nous continuer à faire comme si... leur laisser croire que nous sommes dupes ?
Dans le même registre je regardais hier la chorale bien réglée (ou le duo) de l'actuel prefet et de la procureur. Air de flûte réchauffé sur l'orpaillage, l'insécurité... Pas de fausses notes, accord parfait. Chiffres torturés à l'appui. Tout baigne... La forêt est pillée, l'environnement détruit, l'Etat de droit baffoué mais tout baigne.
Je travaille donc sur ce texte que j'adresserai dans les prochains jours.
J'hésite encore. Préalablement à la rédaction, dois-je tremper ma plume dans l'acide sulfurique, le bouillon d'awara, l'ectasy ou les larmes de honte ?

5.Posté par verda stephanie le 24/02/2005 14:01
Je pense que cela ne sert à rien puisque les gens du surinam viennent quant meme à st laurent.
Nous savons bien que st laurent est une ville frontiere entre la guyane et le surinam c'est un atout pour notre ville. Pourquoi placé des contenaire pres de la glaciere puisqu'il y a plein d'autre endrois ou l'on peut allé et venir du surinam, nous oublioins que notre ville est au bord du fleuve et qu'il y a des problème encore plus grave a régler comme l'insecurité, les vols ect...
Mes tout cela est du certe à l'arrivé d'étranger sachons qu'ils ne viennent pas seulement du surinam.
La solution est qu'il y est plus de controle et d'obligé les taxi à allé a la gare routiere qui à été mis a leur disposition mais je pense que se probleme ne se reglera pa d' ausitot.

6.Posté par Sasa le 24/02/2005 16:46
je suis tout à fait d'accord avec ce qu'ont dit toutes ses personnes, et surtout la réaction de PINAS973 ( le poète ironique ). La première fois que je suis passée près de ces containers, je me suis dit :"On n'est pas en Guyane ici, on est dans l'un de ces pays sous-développés d'Afrique !", je trouve celà non seulement laid, mais aussi minable pour un département français ! Je crois qu'il y a véritablement de la part de certains ( au niveau local ou national ) une volonté de laisser ce pays, qui est le mien et dont je me désole de voir se déchoir de la sorte, dans l'inactivité des populations, dans l'assistanat, mais surtout dans le rôle de pauvre couillon au yeux de la France et des autres départements. Saint-Laurent-du-Maroni en est l'exemple criant, et notre tempéramment fait que nous encaissons longtemps, mais le jour où la coupe sera pleine, je crois qu'à ce moment là, il sera peut-être trop tard, car la Guyane ne nous appartiendra plus du tout ( ce n'ai déjà pas le cas ), et je je dis calà, je ne pense pas aux étrangers, car arrière-petite fille de Saint-Lucienne, je crois que nous pouvons dire merci sur certains point à la catégorie d'étranger travailleurs qui venaient avant en Guyane. Tout cela pour dire qu'il ne faut quand même pas mettre tout les oeufs dans le même panier, il y a du bon et du mauvais. Il faut faire en sorte que le mauvais s'en aille et ne revienne plus !!!!!!!

7.Posté par basile le 25/02/2005 02:00
Qu'en pensent les habitants d'Apatou? Avant la construction des bâtiments, c'était là le village AFE où les gens d'Apatou débarquaient depuis très longtemps, peut-être même avant les canots à moteur. Maintenant, il doivent débarquer dans un port canotier qui n'existe pas. Existent-il eux mêmes? Peut-être plus finalement.

8.Posté par jean philipe le 25/02/2005 23:33
Je pense que c'est une très mauvaise idée, j'ai l'impression d'assister à la reconstruction du mur de Berlin, et c'est comme ça que commence les idées d'aparthied, de nazisme, racisme...

Il ya des millions de gens qui rentrent et sortent quand ils veulent de la france, mais cette dernière n'a jamais pris des mesures nazis pour les limités, alors pourqoui nous les imposer?
Pour briser nos liens avec nos voisins, alors qu'il existe d'autres solutions.

Il ne faut pas seulement regarder les choses sur le court terme, qui nous dit que demain on aura pas besoin de nos voisins.

Je pense qu'il trouver d'autres mesures, essayer de cooperer avec les auorités voisines et faire tomber ce mur de la honte le plus vite possible.

Il faut aussi nous dire que dans la vie il n'ya pas que des choses négatives, mais aussi des choses positves, d'allieurs l'ambiance et la vie à saint laurent le confirme, qu'on peut vivre ensemble, dans la joie, la paix et le bonheur avec un peu plus tolérence. Nous les Guyanais on va au Suriname quand on veut, il n'ya pas de mur
là-bas.


9.Posté par PINAS973 alias Le RAVET le 27/02/2005 17:45
Sasa a raison. Beaucoup de guyanais se désolent de voir la Guyane partir en brioche. Cette triste affaire de containers rouillés en est une brillante illustration et témoigne du peu de considération que l'on nous accorde.
Le plus grand atout économique de la Gyane est sa façade sur l'Atlantique. Comme m'a dit un jour un investisseur potentiel regardant le fleuve (exactement à l'endroit où sont entreposés ces containers rouillés) :
- Tu te rends compte, ici nous sommes en Europe et en face, c'est l'Amérique du sud. Si avec ça on ne peut pas faire fortune...
Et oui, cette évidence ne m'avait pas sautée aux yeux, même aprés plusieurs années de Guyane ! Comme quoi, un regard neuf, un nouvel éclairage peuvent être salutaires. A condition toutefois qu'il y ait une VRAIE volonté de développement. Force est de constater le contraire. Si on voulait maintenir la Gyane dans le sous-développement on ne s'y prendrait pas autrement ! Comment peut-on à la fois militer pour un port en eaux profondes et bloquer les accés à ce même port par des méthodes dignes de la derniére des républiques bananiéres? Un port est tout de même synonyme d'échanges, d'ouverture, de communication... C'est à la fois stupide, anachronique et insultant pour la Guyane ! Devrai-je dire pour résumer que c'est typiquement FRANCAIS comme attitude?
Stephanie a raison également en disant qu'il a d'autres moyens que ces minables emballages pour stopper cette immigration sauvage. Beaucoup de fonctionnaires des douanes pantouflent à longueur d'année dans des bureaux climatisés à percevoir un octroi de mer abusif, illégal et puissant facteur du sous-développement. Que l'on en prenne la moitié parmi les plus rondouillards et qu'on leur fasse retrouver la ligne de leur jeunesse en cavalant derriére les clandestins ! Leur taux de cholestérol devrait chuter dans les mêmes proportions que les trafics ! Quant à ces braves guyanais qui stockent des marchandises issues de ces trafics, qu'on les allume eux aussi et sévérement ! Leur attitude fait croire à certains que l'on peut vivre de trafics et encourage la délinquence. Les incroyables quantités de carburant de contrebande sont une infraction fiscale et constituent un important manque à gagner pour la collectivité. La notion de continuité territoriale s'arrête-t-elle quelque part en Guyane ? On ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et la crêmiére !
L'Etat entretien et encourage de toute évidence en Guyane un assistanat permanent. Les prestations sociales ne sont que la version moderne du panem & circens (Des jeux et du cirque) chers aux romains. Autre exemple : En matière fonciére, l'immense majorité du sol lui appartient, faisant de la Guyane une des dernieres zones de type collectiviste au monde... Et en plus, ce même Etat qui se gargarise d'être de droit n'est même pas foutu d'y faire respecter l'ordre républicain. Comment le pourrait-il d'ailleurs, incapable de faire respecter la discipline dans les écoles? Ce ne sont que des gamins en culotte courte, alors des garimpeiros... Tout ceci est pitoyable.
Evidemment, si les guyanais étaient propriétaires de leur terrain, de leur maison, ils auraient conquis une part de l'autonomie qui caractérise les hommes libres. Ils auraient alors quelque chose à défendre et deviendraient nettement plus vindicatifs que les touloulous (rôle de clown dans lequel on les cantonne à loisir). Là est sans doute le piége : Quelle est la crédibilité d'un touloulou?...

Les relations avec les pays voisins? Il ne faut pas nous faire rigoler avec ça ! La fermeté n'a jamais été incompatible avec l'amitié. Par contre, la faiblesse génére les abus que nous constatons actuellement. Nous avons depuis longtemps en la matière dépassé le stade du ridicule et touchons au pathétique. Avec notre pognon nous avons construit un hôpital à Albina. Cet hôpital est vide car les surinamaises préférent venir accoucher à Saint-Laurent pour cause de prestations sociales. Et nos charlots de dirigeants plus que candides qui croient que c'est pour nos beaux yeux...
Ma profession a fait que j'ai vu pas mal de cartes nationales d'identité françaises mentionnant que leur porteur était né à TAPSEI. Cherchez ce patelin sur la carte de Guyane... Lorsque vous aurez traduit ce nom et obtenu (Ce côté) vous saurez que TAPSEI est juste en face de TRASEI... Voilà où nous en sommes. Ca ne s'invente pas. C'est clownesque, pathétique... !
Cette lâcheté, ce manque de couilles de la part des autorités fait que on rentre en Guyane n'importe comment pour y faire n'importe quoi. Combien de voitures volées qui traversent le fleuve sur des pirogues? Combien de marchandises volées ? Etc, etc...
Disons-le tout net : On se fout de notre gueule. GUYANAISES, GUYANAIS, ON NOUS PREND POUR DES CONS!
La présence de ces containers est ressentie par moi comme une insulte, UN CRACHAT EN PLEINE GUEULE. Chaque fois que je passe devant j'ai honte d'être français.
Il y aurait encore beaucoup à dire. Il appartient aux guyanais de réagir face à cette insulte. Nous sommes en train par notre laisser-faire de laisser la Guyane sombrer dans l'anarchie. Je ne veux pas jouer au pére Lamorale mais souvenez-vous qu'il n'y aura jamais de LIBERTE SANS CONTRAINTES.




Les annonces

Vente (36)

Divers (17)

Immobilier (26)


Dernières annonces

Partager ce site
Suivez-nous