Saint-Laurent du Maroni

Rhinite allergique ou rhume des foins

Pour les personnes souffrant de rhinite allergique saisonnière, plus communément appelée rhume des foins, l’arrivée du printemps peut parfois être synonyme de cauchemar.


QUELLES SONT LES CAUSES ?

www.giphar.com
www.giphar.com
Hérédité. Bien que les chercheurs s’expliquent mal pourquoi certaines personnes sont sensibles au pollen alors que d’autres ne le sont pas, il paraît d’ores et déjà évident que l’hérédité joue un rôle important. Si les deux parents ne sont pas allergiques, un enfant a 10 % de risques de l’être. Si l’un des deux est allergique, le risque est de 30 % et il grimpe à 60 % si le père et la mère sont touchés.

Exposition au pollen. Pour développer le rhume des foins, une personne doit être en contact avec une quantité suffisante de pollen sur une période prolongée. On a d’ailleurs remarqué parmi les immigrants chinois que l’allergie à l’herbe à poux — plante qui n’existe pas en Asie — se manifeste quatre ou cinq saisons après leur arrivée en Occident. Le système immunitaire doit atteindre un certain degré d’exposition avant de réagir.

QUAND CONSULTER ?

Vous n’obtenez pas de réponses satisfaisantes avec les antihistaminiques et vos symptômes perturbent vos activités quotidiennes et votre sommeil.

QUE SE PASSE-T-IL LORS DE L’EXAMEN ?

www.reseauproteus.net
www.reseauproteus.net
Afin de déterminer si vous êtes victime du rhume des foins, le médecin considère d’abord « l’horaire » de vos symptômes afin de voir s’ils concordent avec la période de floraison des plantes concernées. Pour pouvoir confirmer le diagnostic, des tests cutanés permettent d’observer la réaction du corps lorsqu’il est mis en présence de pollen.

QUEL EST LE TRAITEMENT ?

www.doctissimo.fr
www.doctissimo.fr
Lorsque le traitement par les antihistaminiques se révèle insuffisant, le médecin prescrit généralement des anti-inflammatoires à base de corticostéroïdes, qui s’administrent par vaporisateur nasal ou par inhalateur. Il est important de suivre la posologie de ces produits pour obtenir le maximum d’efficacité.

Quant à l’immunothérapie, les médecins l’utilisent généralement en dernier recours. Une série d’injections est administrée, à une dose croissante, généralement sur une période de trois ans. Pendant les cinq premiers mois, les injections se font une fois par semaine et diminuent ensuite à une fréquence mensuelle pour le reste du traitement.

Il existe également un traitement présaisonnier pour les personnes allergiques à un seul pollen. Quatre injections consécutives sont administrées à raison d’une fois par semaine entre le printemps et la mi-juillet. Ces traitements ont pour but d’améliorer la tolérance au pollen du système immunitaire. Cette approche permet, en général, d’atténuer, voire d’éliminer, les symptômes du rhume des foins. Dans certaines cas, le traitement doit être renouvelé trois ou quatre années de suite. Elle ne permet pas pour autant de faire disparaître la présence de l’allergie, dont les symptômes peuvent refaire surface plusieurs années plus tard. L’immunothérapie est efficace dans environ 70 % des cas.

CONSEILS PRATIQUES

www.doctissimo.fr
www.doctissimo.fr
Utiliser des antihistaminiques. Dans bien des cas, ils font des miracles pour soulager les symptômes. Afin de prévenir les crises d’allergie, vous pouvez prendre ces produits de façon quotidienne pendant la saison allergique, spécialement si vous souffrez d’une atteinte aux yeux. Les antihistaminiques sont particulièrement efficaces pour soulager les conjonctivites.

b[Garder les fenêtres fermées.] Les courants d’air constituent une voie de circulation privilégiée pour le pollen. Vous éviterez ainsi d’emplir la maison de ces minuscules particules.

Rechercher les endroits climatisés. Installez un climatiseur dans votre domicile si vous pouvez le faire. Les climatiseurs font circuler l’air contenu à l’intérieur, en limitant l’apport d’air frais de l’extérieur. L’entrée du pollen est donc limitée.

Éviter de faire sécher draps et vêtements à l’extérieur. Le pollen contenu dans l’air risque, en effet, de se poser sur les tissus et d’entrer, par leur entremise, en contact avec vos voies respiratoires.

Se méfier des changements climatiques. Méfiez-vous des journées les plus propices au déclenchement des symptômes allergiques : ce sont les journées ensoleillées et venteuses qui suivent les jours de pluie. Lorsqu’il pleut, le pollen est projeté au sol, ce qui limite son impact. Mais comme la pluie rend les plantes plus vigoureuses, leur pollinisation augmente et le vent contribue ensuite à faire voyager le pollen jusqu’à vous. Dans ce cas, essayez de limiter le plus possible vos sorties et prenez des antihistaminiques de façon préventive.

Prévenir les crises d’allergie. Essayez de remarquer dans quelles conditions se manifestent habituellement vos crises d’allergie (lors des journées venteuses, quand vous jouez au golf ou rendez visite à un ami à la campagne, par exemple). Il est ainsi plus facile d’éviter ces crises en prenant un antihistaminique de façon préventive.

Source : http://www.e-sante.fr

Lire
+ d'infos
mesures prophylactiques
8 Février 2005 - écrit par Rédaction


              

Commentaires

1.Posté par nettre fabrice le 14/07/2005 18:54
je suis constament avec le nez bouchez j utilise du derinox il y a que ca qui fait effet que puis je faire

2.Posté par Elisabeth AGIUS le 13/09/2005 14:08
Pour votre information, savez-vous que le jus TAHITIAN NONI est un antihistaminique puissant et combat par conséquent efficacement les allergies.

Si vous souhaitez améliorer votre niveau de Santé, voyez ce que le Jus de Tahitian Noni peut faire pour vous. 100% naturel, ce "jus santé" vous surprendra.

Une bouteille de Jus de Noni est ouverte dans le monde toutes les 2 secondes!!!

Désormais disponible en France et approuvé par la Commission de l'Union Européenne.




Les annonces

Vente (36)

Divers (17)

Immobilier (30)


Dernières annonces postées



Facebook


Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube