Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Festival des TransAmazoniennes : fin de partie.

Dernier acte du festival dimanche. Une journée offerte au public, entrée libre, gratis … presque un cadeau d’adieu. Les lauréats des Tremplins découvrent le plaisir de jouer sur la grande scène, les autres artistes invités en deuxième partie de soirée sont tous là, musique au coeur. Mais pas le public, peut être fatigué, peut être découragé, peut être …


Festival des TransAmazoniennes : fin de partie.
«Quel plaisir de jouer ici entouré de pros ! » confie un des membres du groupe VUVUZELA, impressionné par l’accompagnement logistique et technique dont les lauréats des Tremplins bénéficient. Après la soirée au village chinois, plutôt intimiste, c’est ce soir leur heure de gloire. Avec LION CREW, LIVITY, AYAWANDE et CANDY VYBZ, ce sont les jeunes espoirs de la musique guyanaise qui ont ouvert cette troisième et dernière soirée du festival.
TAMANGO, artiste guyanais de renommée internationale et fidèle de la manifestation, nous surprend une fois de plus avec ses frères KAORU et SHOJI  venus du Japon. Tambours, flûte, didgeridoo, « urban tape dance », le spectacle est total et la foule conquise. Les fans sont là ! Une excellente création artistique de plus.

Festival des TransAmazoniennes : fin de partie.
Le trio ENRICO DI MICELI, PATRICIA BASTOS et JOAOZINHO GOMES portent eux le Brésil d’Amazonie en écharpe. La variété des rythmes proposés a un effet immédiat sur le public,  l’envie de danser !
La dernière voix du festival sera celle de CHRIS COMBETTE ; il est un peu le parrain de la manifestation depuis les premièrses années. Accompagné de sa formation (avec notamment Eric Bonheur à la guitare), il part en ballade avec le public, complice, heureux d’être là. Il offre au public, presque à quelques amis, des chansons de son dernier album, « Les enfants de Gorée » ainsi que ses succès comme « Salambo », joué au premier festival il y a presque quinze ans. Minuit a sonné et c’est la fin de cette sixième édition du festival des TRANSAMAZONIENNES. 

Festival des TransAmazoniennes : fin de partie.
Presque en catimini, le groupe d’awassa FAYA FUTU UMAN monte sur scène pour quelques minutes encore. On sent bien qu’on ne veut pas arrêter, au risque de ne jamais recommencer …
Le bilan - financier- sera sans doute compliqué, celui -artistique- est d’ores et déjà plus que positif. Ce n’est pas la première fois, et les organisateurs, Mikael Christophe en tête, sont des résistants. Ils portent ce festival à bout de bras depuis maintenant longtemps et savent. Les subventions en moins, les artistes annulés, la com. difficile, le public, les eaux troubles du jeu politique ...
Alors longue vie au festival des TransAmazoniennes, ici… ou ailleurs !
 
14 Novembre 2011 - écrit par C.M.


              




Les annonces

Vente (96)

Divers (50)

Immobilier (42)



Partager ce site
Suivez-nous