Saint-Laurent d

Saint-Laurent du Maroni


Un jeune haïtien de 24 ans écope de deux ans de prison ferme pour avoir menacé de mort un gendarme et sa famille.
Résidant à Sinnamary, le jeune homme de 24 ans était connu de la justice pour avoir été condamné 3 fois, dont la dernière condamnation date du 16 septembre dernier. Pour sa défense, le prévenu a raconté à la barre qu'une personne lui aurait commandité la diffusion de la menace de mort sur internet pour la somme de 600 euros. Aucun élément ne venant confirmer cette affirmation, le tribunal a prononcé la condamnation avec placement en détention immédiat.
Lundi 26 Septembre 2016 - 19:50 0 commentaire | - écrit par

Un homme soupçonné à l'appel au meurtre par Internet à l'encontre d'un gendarme et sa famille est jugé aujourd'hui depuis 14h.
Un individu, soupçonné d’avoir commis les faits relatés dans l'édition de France Guyane du 24 septembre 2016, est jugé en comparution immédiate aujourd'hui depuis 14h pour menaces de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique, son épouse et leur fils.
Pour rappel, de tels faits sont punis de 5 ans d'emprisonnement et 75 000 € d'amende.
Lundi 26 Septembre 2016 - 14:00 0 commentaire | - écrit par

C’est une polémique qui prend de l’ampleur à Saint-Laurent du Maroni. Au lendemain des émeutes qui ont secoué la ville la semaine dernière, une enseignante du lycée Bertène Juminer et femme de gendarme a publié sur sa page facebook des propos injurieux, en réaction aux événements. Les propos de cette enseignante jugés discriminatoires ont été dénoncés par le Collectif des Iguanes de l’Ouest qui a demandé au rectorat la radiation de cette enseignante.
Mardi 20 Septembre 2016 - 19:44 - écrit par

Une fusillade fait un blessé grave à Saint-Laurent du Maroni
Une fusillade a éclaté ce matin vers 10 heures 30 dans le quartier Vampires à Saint-Laurent du Maroni. Ce que l’on sait des gendarmes, c’est qu’un homme est venu dans le quartier qui fait face à l’école Paul Castain. Il était armé et a ouvert le feu. Une personne, blessée gravement au ventre, a été transportée à l’hôpital. Deux autres personnes sont en état de choc et une quatrième légèrement blessée à la tête. L’auteur a pris la fuite juste après avoir ouvert le feu. Il est toujours recherché par les gendarmes, avec des maîtres-chiens. On ne connait pas, pour l’heure, les raisons de son acte.
Lundi 19 Septembre 2016 - 13:01 0 commentaire | - écrit par

RACISME : Une professeur du lycée Bertène JUMINER poste des propos discriminatoires et racistes sur sa page facebook
Tout est parti au lendemain des émeutes à Saint-Laurent du Maroni. La femme en poste au lycée Bertène Juminer exprime son indignation sur sa page Facebook qui fait le tour des réseaux sociaux et commente les discussions postées sur les articles et vidéos des événements de la nuit des émeutes. Parmi ses commentaires,  on peut lire ouvertement les propos cités:
 
« Si nous métropolitains ont été pas là pour les éduquer vos enfants, qui le ferait ? À ben pas vous apparemment puisque vous vous êtes incapable de le faire, la preuve est chaque 5 du mois qd nous on trime pour apporter un peu d'éducation à vos gamins, vous vous faites la queue à la poste et faites rien de vos journées…. »
Elle ajoute
« Et les 40% parlons en, avant de parler bande d'ignorants , les gendarmes ils les touches pas eux ! Par contre vos copains qui squattent les administrations eux ils y on droit . Alors qui s'est qui piquent l'argent de qui ? Et troisièmement vous qui respectez votre maire , sachez qu'il vous vole depuis des années et ça vous vous en rendez pas compte...
Bref de toutes les façons vous êtes pas plus guyanais que nous donc on réfléchit avant  de parler !!!! »

 
Suite aux propos de l'enseignante  considérés discriminatoires et racistes, le Collectif des Iguanes de l’Ouest dénonce fortement un acte indigne d’un enseignant de la République.

Dans un courrier adressé au recteur et aux autorités locales, le collectif  estime que le rôle de la professeur est de favoriser le développement d’un ensemble de connaissances et de valeurs morales, physiques, intellectuelles et scientifiques des enfants et de leur permettre ainsi d’atteindre un niveau de culture. Et donc, doute de la capacité de l’enseignante à apporter cette éducation.
 
Le collectif, face à ces agissements, demande que des mesures radicales soient prises à l’encontre de l’enseignante et n’exclu pas la possibilité d’entamer des poursuites judiciaires.
Dimanche 18 Septembre 2016 - 21:58 - écrit par

Le 6 septembre, le procureur autorise les gendarmes à aller le chercher de force. Mardi soir, ils effectuent un repérage en vue de l'interpeller le lendemain. Ils tombent sur lui et décident de l'arrêter tout de suite. S'en suivra une nuit d'émeutes.
Le procureur de la République a annoncé son intention de le convoquer le 15 novembre afin d'être jugé. Il sera jugé pour excès de vitesse, refus d'obtempérer, refus de se soumettre au dépistage d'alcoolémie et des outrages et menaces de mort sur personnes dépositaires de l'autorité publique en récidive.
Jeudi 15 Septembre 2016 - 09:28 0 commentaire | - écrit par

1 2 3 4 5 » ... 68




Facebook

Les annonces

Vente (103)

Divers (39)

Immobilier (75)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube