Saint-Laurent d

Saint-Laurent du Maroni


CRISE SOCIALE - Saint-Laurent du Maroni paralysée par les barrages
Jeudi 23 Mars 2017 - 21:09 0 commentaire | - écrit par

Après une assemblée générale constitutive de plus d’une heure, une vingtaine de journalistes ont créé la section UPF Guyane. Cette dernière est désormais la voix amazonienne de l'UPF internationale, une organisation internationale non gouvernementale (OING) créée en mai 1950 par des journalistes originaires du Québec et de la France. Reconnue par l’UNESCO, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), Reporters Sans Frontières entre autres, plus de 3000 professionnels répartis dans l’ensemble des pays francophones en sont membres. Un atout pour les journalistes de Guyane. 


De gauche à droite : Franck Leconte (Secrétaire général adjoint – Guyane 1ère  radio / Reuters), Ayodélé Germa (Secrétaire générale - ATV Guyane), Catherine Vulpillat (2ème vice-présidente - France Guyane / TV Magazine), Frantz Montoban (Président - Guyane 1ère  télé - Amina) Mathilde Romagnan (1ère vice-présidente - Radio Péyi), Nikerson Perdius (Trésorier - Guyane 1ère radio), Nicolas Mézil (Trésorier adjoint - Radio Péyi). (Photo Jody Amiet-AFP)
Depuis 67 ans, l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF) tisse sa toile dans le monde francophone. Elle vient de s’implanter en Guyane sous la direction de Frantz Montoban, son mandataire. D’une vingtaine de membres à la création, l’association compte plus d’une quarantaine d’adhérents au 4 mars 2017. Décidés à défendre la liberté de la presse et la libre expression, les membres de l’UPF Guyane souhaitent aussi créer des liens de solidarité entre les journalistes en valorisant la langue française en Amazonie. Des partenariats pourront être établis avec les confrères de la région afin de promouvoir la langue française : Brésil, Suriname entre autres.

Désormais membres à part entière de l’important réseau des journalistes francophones (UPF), les journalistes de différents médias (Guyane 1ère Télé et Radio, ATV Guyane, Radio Péyi, AFP, Kourou Télévision, France-Guyane, Une Saison en Guyane, correspondants de journaux nationaux : AFP, Reuters, Amina), souhaitent animer une association de référence francophone dans le bassin amazonien. La Guyane est la seule région d’Amérique du Sud où le français est la langue officielle. D’où l’importance que revêt la création d’une section de l’Union Internationale de la presse Francophone pour la valorisation de la langue française : UPF Guyane.

Jeudi 23 Mars 2017 - 21:06 0 commentaire | - écrit par

Les deux fillettes disparues à Alfonsdorp (Surinam) ont été retrouvées, l'une saine et sauve et l'autre sans vie.
Cindy, 7 ans, et Rehana, 4 ans, auraient fugué samedi dernier de leur foyer, d'après les premières déclarations de l'aînée. Hier vers 16 heures, cette dernière s’est réfugiée chez une habitante de son village et le corps démembré de sa petite soeur a été retrouvé à 1 kilomètre en forêt.
L’enquête en cours déterminera les causes exactes de la disparition des enfants.
Dimanche 12 Mars 2017 - 03:10 0 commentaire | - écrit par

INONDATION SUR LE MARONI - Le Directeur de Maroni Transport & Liaisons s'exprime sur son action et son organisation en faveur des sinistrés des villages du Haut Maroni.
Mardi 7 Mars 2017 - 11:24 0 commentaire | - écrit par

Disparition inquiétante de deux fillettes de 4 et 7 ans à Albina (Surinam)
La police surinamaise lance un appel à témoins suite à la disparition inquiétante de deux fillettes âgées de 7 et 4 ans depuis le samedi 4 mars 2017. Les jeunes enfants résidaient chez leur père à Alfondorp, à 16 kilomètres de la ville d’Albina (Surinam).<br />Les autorités surinamaises multiplient leurs recherches pour les retrouver. <br />Lundi après-midi, des habitants du village de Galibi auraient fait courir la rumeur que les fillettes avaient été retrouvées démembrées. Des informations vite démenties par la police surinamaise.
Mardi 7 Mars 2017 - 06:13 0 commentaire | - écrit par

Accident mortel de samedi matin : Le conducteur avait un taux d'alcoolémie d'un mg/litre et fumé du cannabis
Suite à l'accident de la route intervenu samedi 25 février 2017 à 4h50 dans le centre ville de St Laurent du Maroni, une information judiciaire a été ouverte ce lundi 27 février 2017 à l'encontre du conducteur de la Citroën qui a renversé les conducteurs et passagers de 2 cyclomoteurs. Une jeune femme née en 1999 est décédée dimanche après midi des suites de ses blessures et l'une des deux autres victime est toujours dans le coma dans un état grave à l'hôpital de Cayenne.

Le conducteur de la voiture né en 1986 à Saint-Laurent du Maroni a été mis en examen des chefs d'homicide involontaire aggravé par deux circonstances (Alcoolémie et stupéfiants) et de blessures involontaires avec ITT supérieure à trois mois. Le conducteur avait un taux d'alcool d'un mg/litre d'air expiré et avait fumé du cannabis avant l'accident.

Le parquet avait requis le placement en détention provisoire.
Lundi 27 Février 2017 - 17:04 0 commentaire | - écrit par

1 2 3 4 5 » ... 75
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube