Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

SAINT-LAURENT DU MARONI - Deux auteurs d'homicide mis en examen


Un juge d'instruction du parquet de Cayenne a mis en examen deux Saint-Laurentais pour une double tentative d'homicide et pour un homicide involontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Ils ont été placés en détention provisoire.

Deux hommes vivant à Saint-Laurent ont été mis en examen cette semaine par un juge d'instruction du parquet de Cayenne, pour double tentative d'homicide pour le premier, et pour homicide involontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner pour le second.
Suite aux débats devant le juge des libertés et de la détention, les deux prévenus ont été placés en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet.
Concernant l'homme originaire du fleuve âgé de 34 ans, le procureur lui a reproché d'avoir tiré avec un fusil de chasse sur deux frères, l'un habitant à la Glacière et l'autre à la Charbonnière. Le premier fait s'est déroulé le 14 octobre dans le quartier de la Glacière où l'auteur a tiré sur sa cible, en le touchant au bras droit. Le second tir, beaucoup plus grave, a eu lieu le 16 octobre à la Charbonnière. Muni d'un fusil de chasse, l'homme a criblé de plombs les fesses de l'autre frère. Transporté à l'hôpital, la victime a obtenu 30 jours d'interruption temporaire de travail. Devant le juge, le prévenu aurait évoqué une vengeance pour justifier son geste.
L'autre affaire concernant un homme d'origine surinamaise a été connue de la justice le 21 octobre suite à une plainte pour mort suspecte déposée par la famille d'une Saint-Laurentaise de 54 ans. La victime avait été admise dans un état comateux à l'hôpital de Saint-Laurent le 17 octobre. Son état s'étant aggravé, elle avait été transférée au centre hospitalier de Cayenne, où elle est décédée le 21 octobre.
Le compagnon de la victime, un Surinamais de 50 ans, a été interpellé et placé en garde à vue. Le parquet a ordonné une autopsie du corps qui aura lieu lundi. L'enquête a permis de savoir que la victime avait sombré dans le coma la veille de son admission à l'hôpital, et que c'est le lendemain que son compagnon a décidé de prévenir les secours. Dans la plainte, l'entourage a témoigné que l'homme qui vivait avec la victime, sur la route de Mana, l'aurait frappée. Pour sa défense, le compagnon a déclaré n'avoir pas frappé sa femme, indiquant que la seule altercation qu'il a eue avec cette dernière s'est déroulée au mois de septembre.
25 Octobre 2014 - écrit par Source - France-Guyane B.D


              




Les annonces

Vente (98)

Divers (50)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous