Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Saint-Laurent du Maroni détient le plus grand nombre de cas de ZIKA


Situation épidémiologique actuelle en Guyane

Figure 3
Figure 3
Surveillance des cas biologiquement confirmés

Depuis l’identification du premier cas biologiquement confirmé de Zika en décembre 2015, 45 cas biologiquement confirmés ont été enregistrés. Entre la première et la deuxième semaine de janvier, le nombre hebdomadaire de cas biologiquement confirmés a plus que triplé, passant de 4 à 15 (Figure 3).

Les communes dans lesquelles des cas biologiquement confirmés de Zika autochtones ont été enregistrés sont Rémire- Montjoly, Matoury, Kourou, Sinnamary, Mana et Saint-Laurent.
Aucune complication liée au Zika n’a été identifiée à ce jour.
Aucun décès portant la mention « Zika » n’a été rapporté à ce jour.

Surveillance des cas cliniquement évocateurs par le réseau de médecins sentinelles

Chaque semaine 26 médecins sentinelles répartis sur l’ensemble du département transmettent le nombre de consultations pour des patients répondant à la définition de cas de Zika.
Cette surveillance a débuté la première semaine de janvier 2016 et rapporte 50 et 114 cas cliniquement évocateurs vus en consultation pour les deux premières semaines. Cela marque donc une nette progression de la transmission virale

Répartition spatiale des cas cliniquement évocateurs

La répartition spatiale des cas cliniquement évocateurs vus par les médecins sentinelles du 4 janvier 2015 au 17 janvier 2016 est présentée sur la Figure 4.

Les médecins sentinelles de Rémire-Montjoly, Matoury, Sinnamary, Kourou et Saint Laurent, ont signalé des consultations pour des cas cliniquement évocateurs de Zika.

Les communes de Sinnamary, Saint Laurent, Cayenne et Rémire -Montjoly enregistrent les incidences cumulées les plus élevées, respectivement égales à 19, 15, 10 et 9 pour 10 000 habitants.

Conclusions pour la Guyane

La situation épidémiologique du Zika en Guyane correspond au niveau 3a du Psage arbovirose émergente : « Phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles ». Ce niveau sera soumis pour validation au comité d’experts des maladies à caractère épidémique et à la cellule de gestion. Les zones impactées identifiée par la surveillance sont l’Ile de Cayenne, le secteur de Kourou (Kourou et Sinnamary) et l’Ouest Guyanais (Saint Laurent du Maroni et Mana).
26 Janvier 2016 - écrit par Agence Régionale de Santé


              





Les annonces

Vente (96)

Divers (50)

Immobilier (42)



Partager ce site
Suivez-nous