Saint-Laurent du Maroni

Chronique d'un enterrement annoncé.


Chronique d'un enterrement annoncé.
Au nom de la sérénité, du respect de l’autorité judiciaire et de ceux qui la composent ; au nom de la sacro-sainte solidarité corporatiste (qui peut aller jusqu'à l’obscénité) et malgré l’aveuglante énormité des carences de procédure (même pour un profane), on cherche à minimiser la responsabilité des magistrats qui ont trempé dans l’affaire d’Outreau.
En effet, les magistrats exercent en toute impunité leur irresponsabilité institutionnelle, inhérente à leur fonction, au sein de la Responsabilité (ou de l’Infaillibilité) du Système.
La litanie d’une honorable conseillère référendaire à la Cour de Cassation rappelant les truismes de la déontologie valait son pesant de solidarité corporatiste et de langue de bois.
Tel autre magistrat d évoquer l’incapacité de clairvoyance du système, le concept archaïque de la charge suffisante, une sémantique inappropriée (!), des interrogations, des approximations, des raisons de procédure, le côté artificiel du débat dans le bureau du J.D.L etc…, etc…
Par ailleurs, les gardiens zélés des mécanismes glacés de l’alchimie judiciaire de crier au lynchage médiatique d’un juge qui, à l’évidence, est l’irréprochable parangon d’une justice de proximité. Ils disent leur trouble et leur émotion devant la souffrance de ce juge cloué au pilori et soumis scandaleusement à l’odieuse inquisition d’une commission de parlementaires qui s’érige en tribunal, portant ainsi atteinte à l’institutionnelle indépendance des juges.
Mais que sont donc les souffrances vécues naguère par les acquittés d’aujourd’hui à côté de celle du juge ? Celle-ci n’est pas de la roupie de sansonnet.
Celles-là ?!?!…

On n’a pas entendu dire : « Dieu, ils l’ont échappé belle, compte-tenu des lourdes peines dont ils étaient passibles si on les avait reconnus coupables et jetés en prison au nom de l’intime conviction. Un redoutable équation : intime conviction = vérité.
Pas un instant, les serviteurs et défenseurs impavides d’un des fondements essentiels de l’Etat (le corps judiciaire) ne sont atteints par le doute.
Croupissent des innocents dans l’ergastule pourvu que le pouvoir des magistrats, que leur infaillibilité ne soient pas remis en cause, même lorsque le Serviteur de la loi renvoie aux assises un justiciable accusé du viol d’un enfant qui n’était pas né à la date à laquelle on lui rapprochait les faits incriminés.
Toutes les contorsions qui précèdent ont pour objectif d’amener les membres de la commission d’enquête parlementaire à mettre de l’eau dans leurs conclusions et éventuellement leurs propositions de … réformes.
N’a – t-on pas coutume de dire que le meilleur moyen d’enterrer un problème qui pose problème, c’est de créer une commission d’enquête pour l’examiner ?
Sera-ce encore le cas ?
Pour en terminer, les acquittées d’Outreau ne devraient-ils pas présenter des excuses au corps judiciaire, pour avoir, par leurs acquittements intempestifs, troublé son image d’impartialité et de rigueur ?
Ne devraient-ils pas, en outre, s’organiser en association, pour dénoncer
le traitement malveillant que des parlementaires ont infligé à leur ancien accusateur ?
Ils rasséréneraient ainsi ce magistrat qui s’esclaffait : « Nous sommes tous des juges Burgaud » !
Imaginons un Outreau, hors Hexagone, sous l’Equateur, où sous l’effet du climat, la déontologie se dilate !!! Ça jette un froid.
4 Avril 2006 - écrit par Arsène BOUYER d’ANGOMA


              

Commentaires

1.Posté par midas le 05/04/2006 11:35
bon sang, c koi ce pavé??? on n'y comprend rien.......keske ce ke c'est que ce charabia? du sarcasme, de l'ironie envers l'affaire d'outreau??
koikil en soit j'y comprend rien, soyez plus claire dans vos propos siouplé!!
l'article d'un journal n'est pas l'étallage de votre connaisance de vocabulaire, il y a des personnes qui n'ont pas votre connaissance et qui aimeraient comprendre l'article...

2.Posté par Djinn le 18/04/2006 14:44
Midas, je ne pense pas que ton commentaire soit, à proprement parler, pertinent. Si tu n'as pas envie de lire cet article, passe ton chemin.

Il n'est pas "incompréhensible", il est agréable à lire! Ce n'est pas parce que ton vocabulaire est limité que tu dois empêcher les autres d'en utiliser un plus varié. Tu fais dans le terrorisme intellectuel, là!

Moi, ça me plaît de lire ses articles, même si je ne suis pas toujours d'accord avec...!
Surtout, à 8000 km de mes papayers adorés, j'aime savoir ce que l'on pense sous l'équateur, j'aime savoir que la pensée ne s'y dilate pas. Et avec M.Bouyer, elle n'est pas prête de succomber au climat.

3.Posté par pourquoi le 27/04/2006 01:04
Je suis de votre avis Djinn. Je connais Arsène et j'ai beaucoup d'admiration pour cet homme et ce qu'il écrit.
A midas, qu'il consulte son pseudo sur le dictionnaire Hachette, je suis persuadé qu'il en changera par la suite.
Concernant l'affaire d'Outreau et les dérives (sectaires) de la Justice, il est loin d'avoir tord et quand on voit ce gachis, cela nous incite à penser: pourvu que je ne me retrouve pas sur le banc d'infamie!







Facebook

Les annonces

Vente (120)

Divers (17)

Immobilier (53)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube