Saint-Laurent du Maroni

Un héritage folklorique?

L’ assimilation du curupira au maskilili au cours de divers entretiens montre une possible correspondance de personnages populaires entre le Brésil et la Guyane. En plein développement des relations interrégionales dans le cadre de la coopération guyano-brésilienne, il semble non négligeable de repérer des similitudes quant à nos traditions orales, un domaine tant négligé et refoulé au rang des superstitions et sciences humaines ou inexactes.


Un héritage folklorique?
Proche d’un contexte naturel forestier peuplé par des créatures imaginaires, l'étude du personnage du maskilili dans les contes et légendes permet de répondre à des questions sur le patrimoine oral guyanais (qu’est-ce que le maskilili ?) et de découvrir des correspondances brésiliennes (qu’est-ce que le curupira ?) Il en ressort que la paternité de la légende du maskilili n’est pas établie et très controversée, en raison de la pauvreté des archives écrites et de la disparition inéluctable de nos gangans. Le maskilili serait le fruit d’un brassage culturel lié à « une communauté de destin » ou d’appropriations de divers groupes humains. Il y a plusieurs populations guyanaises donc plusieurs langues, mais nous ne savons dans quelles langues initiales est apparu le terme « maskilili ». Par opposition, il est acquis que le curupira est un personnage amérindien. Les ouvrages publiés par Luís da Câmara Cascudo (folkloriste brésilien) ) ne laissent pas subsister de doutes quant à l’origine de la légende du curupira. Celui-ci atteste que José de Anchieta, dans une lettre en date du 30 mai 1560 (São Vicente) faisait part de son étonnement face à la grande peur que suscitait le curupira dans les nations amérindiennes (Tupi) qu’il a rencontrées. Le terme « curupira » ne serait pas recensé dans les communautés amérindiennes de Guyane. De même, le terme « maskilili » ne serait pas présent dans les nations amérindiennes du Brésil. Il existe deux termes pour désigner une entité populaire aux mêmes traits physiques et morales. Nous pourrions croire en l’évolution d’un personnage ou en la migration et l’adaptation du curupira ou du maskilili dans leurs territoires respectifs (Guyane ou Brésil). Les images suscitées par ces entités surnaturelles de nos jours montre que la vision initiale des personnages a évolué, le caractère maléfique semble s’être atténué au profit de connotations ordinaires et dénuées d’effroi. On retrouve des appellations banales du curupira ou du maskilili (associations, entreprises, chansons, proverbes) à suivre...

sos contes

Etudiant, je me passionne pour la tradition orale. J'ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m'ont aidé dans le recueil des informations quant au maskilili et au curupira. Je les en remercie.
Actuellement en quête d'informations pour mes recherches de 3ème cycle, je voudrais prendre contact avec des conteurs ou chercheurs ou anonymes (comme moi) qui souhaitent partager leurs connaissances. je me concentre sur les créatures sylvestres ( maskilili, mait bois...).

Merci de laisser vos commentaires, aussi futiles qu'il vous paraissent.
16 Mars 2006 - écrit par jhoratius@yahoo.fr


              

Commentaires

1.Posté par anonyme (comme toi) le 21/03/2006 22:27
Content de voir quelqu'un qui se penche sérieusement sur ces légendes. Nous avons eu l'occasion de rencontrer un étudiant qui s'est planté complètement en associant Maskilili et Saci Perere. Malgré notre argumentation il n'en démordait pas. Le maskilili existe en Guyane dans d'autres traditions orales que kréyòl. Il existe aussi à Trinidad sous un autre nom.
Aplita, si to lé nou bokanté enfòrmasyon.

Voici un lien de notre page de linkshttp://www.krakemanto.gf/lyen.html :

http://www.ifolclore.com.br/lendas/gerais/g_curupira.htm
A pagra-twèl kont pabò Brézil. Oro ! kou noumenm, yé gangnen Maskilili ; yé ka aplé li Curupira !

2.Posté par anonyme (comme toi) le 21/03/2006 22:28
plus précis sur le Curupira : http://ifolk.vilabol.uol.com.br/lendas/gerais/g_curupira.htm

3.Posté par david le 23/04/2006 21:40
salut à toi et je me joins au compère précédent pour saluer l'initiative de mener des recherches sur le patrimoine oral et les "monstres" qui le peuplent en particulier. L'un d'eux me semble particulièrement emblématique, même s'il n'appartient pas réellement au même ensemble, puisqu'issu davantage des pratiques magico-thérapeutiques que du "folklore", je veux parler du baklou. Si tu partages cet intérêt et que tu disposes d'infos, fais moi signe.

4.Posté par jhoratius le 06/05/2006 20:09
en réponse au message de david.

sur le baclou, je n'ai que des informations sommaires. je pense connaître, mais bon ça reste à voir vu qu'il y a pusieurs versions, sa conception, son invocation, son rôle, le revers de ses actes. cependant, il existe des zones d'ombres telles que sa géographie, son évolution ou tout simplement, son origine.

comme vous le dîtes, le baclou ne fait pas partie des entités surnaturelles forestières, mais possède quand même quelques attributs...

par contre, vous parlez de pratiques magico-thérapeuthiques, je ne vois très bien de quoi il sagit, j 'aimerais que vous me renseignez à ce sujet. Dans quel sens est-ce de la pratique magico-thérapeuthique?

ps: merci à tous pour vos messages d'encouragement, j'espère contribuer u jour à ma façon au prolongement et au maintien du folklore guyanais.

5.Posté par krakemanto le 18/05/2006 23:14
A kouman ou fika. Oui, le baklou comme certaines entités, nait le vendredi saint et......
Kou to savé mo ka konté kont, annan nou lasosyasyon nou gen détrwa dokiman ki ké pouvé entérésé to. Si to lé nou bokanté, to pouvé kontakté nou.
Sa té ké entérésé nou di risivwé mémwar to ja fè, a pou nou bibliyotèk lasosyasyon.
Alé, jouk rounòt lalin

6.Posté par Christian Le Noël le 08/08/2007 19:27
Nous sommes une association française de recherches cryptozoologique et hominologique,( AFRC) nous avons des archives et des illustrations sur les HSV( hommes sauvages et velus) d'Amérique du Sud, prenez contact avec nous . Bien amicalement

7.Posté par mehdi le 22/09/2007 17:56
ET BIEN !!!!!!!!!!!!!!!
je reviens tout juste d un periple au Bresil.
Plus qu un periple je m y suis rendus en tant qu artiste de cirque et y ai interprete une forme spectaculaire (plus courement appelee "numero") dans le cadre du festival mondial de cirque du bresil.
Cette d estination ,ormis le fait d avoir ete selectionne pour participer a ce festival, a depuis toujours stimulee mon imagination et plus recement ma creativite dans le domaine des arts vivant (sans parler de mes convictions metaphysiques ou en tout cas "croyances en ce qu on ne peut voir").
Il s avere qu en fin de representation des personnes sont venus me souffler le nom de CURUPIRA a l oreille en m interrogant sur la motivation quand au choix de ce personnage dans ma narration aerienne.
Je n avait jamais entendus parler de ce personnage et desormais je souhaiterais mieux connaitre celui qui depuis toujours existe et que je n est fais (inconsciement) qu emprunter aux mythologies amerindiennes qui , par contre ont ete ma premiere source d inspiration lors de l ecriture de ce numero.
Voila, les informations sont toutes les biens venues

8.Posté par Timal973 le 01/04/2008 11:53
Bonjour! les entités surnaturelles, j'y crois car j'ai eu l'occasion d'en voir moi même.Adolescent j'ai pu voir des choses inexplicable et que je n'aurai pas du et pu voir selon certaines personnes.Une fois j'étais dans mon lit,il était très tard et j'entendais des voix,des chuchotements.Je me lève et regarde discrètement par ma fenêtre qui donne sur la rue.La je vois des personnes habillées tout de blanc,de la tête au pied,on ne pouvait voir que les yeux.Ils portaient un chapeau blanc pointu genre ku klux klan,marchaient par deux en file indienne.A ce moment la dans ma tête je me pose des questions : c'est quoi ça,que font ils a cette heure ci,qui sont ils?
Et la soudainement un d'entres eux se tourne vers moi et me fixe du regard comme s'il avait sentit ma présence alors que je n'avais écarté mon rideau que de 5 centimètres et qu'ils étaient a au moins 15 ou 20 mètres de moi.A une vitesse incompréhensible,il était a ma fenêtre et chose totalement flippante m'interpelle par mon prénom...je vous raconte pas ma peur a ce moment la.J'ai tiré le rideau et me suis couché de suite,plus tard j'ai jeté un œil et plus rien.En 2005 de retour en guyane pour des vacances,on m'a expliqué que si j'avais répondu a son appel,j'aurai perdu la tête (mon esprit) car c'était des esprits maléfiques.
Une autre fois,j'étais encore dans mon lit,tard et j'entends un bruit que je reconnais et qui m'interpelle car c'était pas possible...
curieux je me lève et je regarde discrètement par ma fenêtre et c'était bien ça!
J'entends bien un cheval au galot dans ma rue à 3 ou 4 heure du matin et là je vois un cheval tout blanc qui dégageait une sorte de lumière autour de lui mais le plus surprenant il avait que 3 PATTES!!! Il passait dans ma rue pour aller sur la grande avenue.Plus tard on m'a dit que c'était la aussi un esprit et que c'est pas donné a tout le monde de pouvoir le voir.
Voila deux petites histoires vécues qui me font penser qu'il existe des choses surnaturelles d'autant plus que je suis haïtien et guyanais donc entre le vaudou et le reste des pratiques qu'on connait en Guyane,ça confirme.@

9.Posté par Lysi le 30/12/2008 11:55
Bonjour, je viens de tomber sur ce site, en recherchant des informations sur maitre boisé.
J'en ai déjà trouvé sur Agwé. Est ce que quelqu'un pourrait me renseignée s'il vous plait ?

10.Posté par anonyme le 05/04/2009 16:26
Je continue encore les recherches sur les entités fantastiques de petite taille. Le mémoire de recherche sur le maskilili et le curupira ayant été présenté et validé, aujourd'hui je me concentre sur le personnage du baclou. L'objectif final est toujours le même, créer un dictionnaire contrastif sur 3 personnages de petite taille en quelques points similaires et montrer leur altération sur des territoires donnés (Brésil et Guyane). Ces travaux, situés entre fiction et réalité, se veulent prudents et représentatifs d’une certaine réalité relevée sur une grande partie de la population étudiée.

Le maskilili (la forêt), le baclou (la ville et/ ou la forêt) et un troisième personnage dont je ne peux communiquer le nom ici, sont les thèmes des investigations menées à ce jour sur les êtres de taille réduite dotés de pouvoirs fantastiques. Il a été étrange d’attribuer des pouvoirs incommensurables à des personnages à première vue inoffensif :
-Le maskilili, protecteur de la forêt et de ses habitants sylvestres.
-Le baclou, générateur de puissance économique, peut parfois être l’exécutant de quelque tâche ignoble à accomplir, ceci, toujours en échange d’une contrepartie.

Ces deux personnages sont intrinsèquement libres de penser et d’agir et les dévier de leur mission reste à vos risques et périls. Il en résulte deux facettes :
-le maskilili est espiègle, peut parfois chercher des camarades de jeu donc il arrive qu’il commette des enlèvements inexpliqués.
-le baclou est une œuvre humaine fabriquée pour assouvir les désirs les plus vils (puissance, meurtre…)
Bien sûr des questions demeurent en suspens : Pourquoi l’argent est lié au mal ? Comment est venue l’idée de l’œuf protégé à la façon de l’œuf couvé par la poule noire ? etc………….

Par ailleurs, travaillant à St Georges depuis quelques années, le lieu de recherche se situe par conséquent sur la zone de "l'ancien contesté franco-brésilien". L’étude du personnage baclou avec son correspondant brésilien se situe entre les villes de St Georges et Oiapoque, ses populations guyanaises métissées (créoles, améridiennes, bushi nengue), une forte composante brésilienne « cabocla » et sur d’autres critères.

Partant toujours sur l’entraide, je reçois toutes les critiques et hypothèses. Par contren je préfère le dire et vous m’en voyez énormément désolé, je ne peux pas divulguer tout l’objet de mes recherches, d’autant que je n’ai à ce jour reçu aucune autorisation. Gageant qu’un jour, je pourrai apporter ma pierre au maintien du folklore guyanais………

A bientôt. jhoratius@yahoo.fr


11.Posté par Bergeaud-Gonzalez carmen le 13/06/2009 11:55
Hola. Je suis conteuse est je monte un spectacle sur le couroupira.Je remerci tout vos commentaires Ce que je sais c'est qu'il est connu au Brézil au guatemala et dans le nord de l'Argentine. C'est le protecteur de la nature des animaux. Il aparait sous l'aspect d'un vielle homme ou d'un enfant.Il fume la pipe et aprécie les cadeaux notament le miel. Ses pied sont à l'envers et voyage sur le dos de son ami le sanglier sauvage. Il térorisent les chasseurs ou autre qui prèlévent plus que leur besoin. Il se sert d'une poule sans plume comme intermédiaire .Voila ceque je peut en dire . Par contre je cherche des pistes sur les costumes voilà pouquoi je suis venu sur ce site. A bientot maria del carmen.[

12.Posté par samy le 26/06/2009 10:35
salut, les très chers chercheurs,

je dois dire qu'il est effet rare de rencontrer des personnes passionnées par la culture guyanaise ou guyano- brésilienne. je ne sais pas sur quoi se porte votre travail, néanmoins, je reconnais les bien-faits que cela pourrait avoir. de plus, à constater par nous même, nous observerons que la transmission et la prolifération del'oraliture se perd progressivement submergée par nos moyens modernes " d'aliénation" provisoire. je vous encourage à ne pas lâcher prise en vous disant que je fais également partie de ceux qui défendent leur culture, leur valeur et par la même occasion leur identité. tout comme vous je fais des recherches sur les contes, mythes et légendes "guyano-brésiliens et surtout guyano- amérindien du brésil". je recherche des données concrètes sur le baclou et le maskilil outre celles que vous avez mentionnez et que je connaissais déjà. je vous remercie;
cordialement, samy.

13.Posté par anais le 03/07/2009 21:16
le message de timal 973 est comme on appelle cela dans le jargon du web un hoax la premiere etant enfin ces personnages me faisant penser a des jeufareun ( habilles en blanc avec un cone au bout de la tete et lancant de la farine lors du carnaval) et le second une histoire qu'on se racontait etant gamin, j'ai habite a st laurent du maroni route des vampires (je kes cherhce toujours ceux la) et soi disant ce fameux cheval blanc etait quelque part sur cette route ..moué.. zt bonnz chance pour vos recherches et comme on dit yééé krik yéeee krak..

14.Posté par anonyme le 05/07/2009 01:05
Carmen, pour ce qui est des idées de costumes pour le curupira, je ne peux pas vraiment vous aider. En effet, ses habits sont très sommaires, voire dans quelques versions, inexistants. Je vous invite à consulter le site du folklore du Brésil, il y apparaît des illustrations du curupira et son rôle selon divers auteurs

Samy, je vois que vous recherchez des données concrètes sur le maskilili. Pour expliquer ma démarche et donc confirmer des faits relatifs au maskilili, j'ai dû faire pas mal d'entretiens. Par ailleurs, je remercie, encore, grandement toutes les personnes qui ont bien voulu participer à ces questionnaires et sans qui je n’aurai pas pu finaliser l’écriture de ces recherches préalables.
Je me heurte à un problème d'autorisation de divulgation. En effet, cette étude contrastive relevant d'un travail de recherche sous la direction d'un professeur nécessite une demande qui doit être ou non validée. En revanche, avec une maison d'édition de la place, nous mettons tout en œuvre afin de réaliser un ouvrage de vulgarisation (issu de la réécriture) qui touchera un large public. Pour Le baclou, les recherches sont encore en cours.

Anais, merci pour le message de soutien. Je voudrai juste rétablir quelques faits. Nous ne sommes pas tous dotés de dons nous permettant de percevoir des éléments surnaturels. Ma démarche se situe là, montrer que dans certains groupes (entre nous, une grande partie de la population rurale), subsiste des personnages fantastiques sylvestres dont les « preuves » seraient manifestes.

A bientôt. jhoratius@yahoo.fr







Facebook

Les annonces

Vente (119)

Divers (17)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube