Saint-Laurent du Maroni

Cécile Léo, une vie bercée par le folklore.

Femme passionnée par le folklore de sa Martinique natale, Cécile LEO a voulu transmettre sa passion et son amour de la danse aux jeunes saint-laurentais de l’époque avec le groupe « les Jasmins ».
Aujourd’hui retraitée, elle reste quand même active au sein de l’association ATAM, dont elle est la 1ere vice-présidente. Elle n’a pas hésité à nous livrer ses impressions sur la jeunesse d’hier et d’aujourd’hui.


Cécile Léo, une vie bercée par le folklore.
Voulez-vous vous présenter ?
Bonjour, je me présente, Cécile Placide, épouse Léo. J’ai 78 ans. J’ai sept enfants, 2 garçons et 5 filles.
J’ai 16 petits-enfants et 9 arrières petits-enfants. Je suis à la retraite.

Depuis combien d’années êtes-vous en Guyane?
J’habite à St-Laurent depuis 1953.

Comment avez-vous pris la décision de venir en Guyane ?
J’ai tout simplement suivi mon ami qui travaillait au bureau minier. Et, comme nous avions déjà 2 enfants, alors tout le monde est venu s’installer en Guyane. En Martinique, j’étais ouvrière dans la couture et je pensais trouver du travail ici. J’ai exercé le même métier en arrivant. Mais, ensuite je suis rentrée à l’hôpital, à la lingerie. J’y suis restée 31 ans.

Vous avez tant aimé la danse folklorique, pouvez-vous nous en parler ?
J’avais 15 ans et c’était en Martinique. J’étais dans le groupe de Loulou Boilaville. On allait danser pour les touristes.
En arrivant en Guyane, je voulais continuer, mais j’ai longtemps attendu. Il fallait que je sois bien installée et que mes enfants soient assez grands.
A l’occasion d’une fête de noël à l’hôpital, j’avais présenté un spectacle et les gens avaient beaucoup apprécié. Ils m’ont alors demandé de créer un groupe, et c’est ce que j’ai fait en créant le groupe folklorique « les Jasmins ». Ce groupe a duré 21 ans.

Cécile Léo, une vie bercée par le folklore.
Vous souvenez-vous de cette année-la ?
C’était dans les années 60, je ne m’en souviens pas très bien. J’avais des petits comme Jean-Elie Panel et bien d’autres…

Où se situait le local de votre groupe ?
A l’époque, j’habitais au « quartier officiel ». J’avais une grande véranda et les répétitions se faisaient les après-midis car je ne travaillais pas. Je me suis renseignée sur les danses et chansons guyanaises parce que je ne les connaissais pas. J’ai même demandé à plusieurs personnes qui étaient volontaires de m’aider, et c’est parti comme ça.
J’avais presque tous les enfants de St-Laurent dans le groupe, j’ai même dû faire 3 groupes : les petits, les moyens et les grands. Et ça a fonctionné comme ça pendant 21 ans.
J’ai quitté le groupe à cause d’une déception. Après des prestations en Martinique, j’avais été déçue par certains enfants, les grands, qui faisaient des bêtises. Etant une personne très impulsive, j’ai préféré démissionner. Je pensais qu’ils auraient continué, mais ça n’a pas été le cas.

Avez-vous rencontré des difficultés pour enseigner les danses folkloriques guyanaises et martiniquaises ?
Les enfants s’adaptaient facilement parce qu’ils aimaient la danse. Pour les danses guyanaises, je regardais à la télé et dès que l’on sait danser, ça va tout seul. J’ai eu le soutien de Mr Elfort pour le tambour, il a appris à certains garçons, tels que Henri et Maurice Placide, Panel et aussi aux autres jeunes. J’ai aussi inventé quelques pas.
Par la suite, j’ai commencé à leur apprendre le folklore de la Martinique, il n’y a pas que celui de la Guyane, mais aussi celui de tous les pays.
J’ai eu le concours de certains militaires antillais qui venaient pour les percussions. Ils m’ont aidé à apprendre aux enfants les danses guadeloupéennes.

Cécile Léo, une vie bercée par le folklore.
Avez-vous essayé de reprendre la danse folklorique après votre déception ?
Non, pas du tout. Une fois que j’ai laissé quelque chose, c’est définitif. Quand c’est fini, c’est sans regret.

Aujourd’hui, qu’avez-vous comme autres activités ?
Je fais partie de l’ATAM, Association de Tous les Ages du Maroni, dont je suis la vice-présidente. Je reste dans le même domaine car je m’occupe de la partie animation. Les activités sont la danse et le théâtre. Je m’occupe également des petits-enfants des membres de l’association. J’ai créé un groupe de lanciers et je continue avec les personnes âgées. J’ai appris à pas mal de jeunes de St-Laurent à danser le lancier.

Quel serait votre vœu pour que la danse folklorique reste présente ?
Je ne sais pas, ils n’ont pas le courage que j’avais avec le groupe des Jasmin.
Il y a bien un groupe d’enfants, mais ils n’évoluent que pour la fête de St-Laurent, c’est dommage car ils dansent très bien et ils auraient pu aller très loin. En fait, c’est Mr Isidore et Mlle Diomar qui s’occupent d’eux et ils font eux-même partie de l’association « Reste du monde. Ce n’est pas comme moi, je n’avais que le groupe folklorique à gérer, alors qu’eux ils doivent aussi gérer les différentes activités de l’association. C’est dommage pour ces enfants, car au fur et à mesure je vois que rien ne tient comme il aurait fallu.

Cécile Léo, une vie bercée par le folklore.
Vos enfants ont été bercés par la danse folklorique et aucun n’a voulu reprendre le flambeau ?
Oh non ! Ils aiment la musique. Mon mari était musicien. Henri, le premier garçon, fait de la musique, il chante, enfin il compose, plutôt. Je me dis qu’il n’est pas un chanteur, mais un compositeur. Maurice, lui, a longtemps fait du folklore et une fois que j’ai tout laissé tomber, il a fait pareil. Il y avait Patrick Velaye, qui était un bon danseur et animateur.
Par contre, parmi mes enfants, j’ai ma fille Nadine qui aime le folklore. Elle chante tous les samedis chez Sérotte. Elle aime ça et les autres, non.

Avez-vous d’autres passions en plus de vos activités associatives avec l’Atam ?
Ma passion, ce sont mes plantes, des plantes d’appartements et d’ornements.
Depuis ma retraite, je ne peux plus faire de gros travaux, alors je m’assieds et je m’occupe de mes plantes. J’ai une pépinière avec toute une variété. Pour l’arrosage, j’ai du monde pour le faire, c’est une de mes grandes occupations.


Quel est le message que vous aimeriez faire passer à la jeunesse ?
Les gens disent que la jeunesse actuelle est perdue, ce n’est pas vrai du tout. Je disais souvent qu’autrefois, nous étions plus désagréables. Nous n’avions rien et nous étions obligés, par exemple, de voler un peu de lait ou de sucre pour manger avec du couac. Alors que maintenant, ils ont tout.
Les enfants de maintenant sont trop blasés, ils ne s’amusent pas. Ils ne font que regarder la télé et les jeux vidéos. Nous organisions toutes sortes de jeux.
Avec mon groupe du 3è âge, pendant « la semaine bleue », nous passons dans les écoles pour apprendre aux enfants de la maternelle les chants et les jeux d’autrefois, et ils aiment ça, mais ce sont les petits !
Les adolescents, eux, sont complètements indifférents. Qu’ils aiment leurs jeux vidéos, c’est un fait, mais je voudrais qu’ils soient plus respectueux. Il y en a qui vous saluent quand ils vous croisent, mais vous connaissez la situation de St-Laurent, il y en a beaucoup qui vous envoient balader quand vous leur faites une observation, ils ne regardent même pas si vous avez des cheveux blancs ! Je leur demande d’avoir plus de respect, « fo yo respecté gran moun é pi resté byen ! »
15 Mars 2005 - écrit par Rédaction


              

Commentaires

1.Posté par anonyme le 15/03/2005 17:54
Le groupe folklorique n'évolue pas uniquement pour la fête de Saint-Laurent, d'autres prestations sont organisées tout au long de l'année. A titre d'information, en 2002 ce groupe a participé à un festival concours en Métropole, nous avons été classés 7ème sur 20 groupes concurrents, sachant que nous ne sommes pas des professionnels... ! Chaque année de nouveaux enfants adhèrent à l'association, de ce fait nous sommes contraints de refaire le même travail auprès de ces nouveaux danseurs. Toutefois, il faut savoir que l'association "Le Reste Du Monde" a pour principal objectif de maintenir la tradition, de ce fait nous lutterons pour notre folklore à la vitesse qui nous est offerte.
C'est avec un immense plaisir que nous recevrons Mme Cécile afin de nous inculquer son savoir faire en la matière.
Respectueusement.

2.Posté par Louis-Joseph HB le 15/03/2005 21:34
Bonjour, c'est avec une grande joie que je retrouve Mme Cécile Léo, que j'ai l'habitude d'appeler MAN CIL (comme beaucoup d’autres).

Je voudrai lui dire MERCI pour ce qu'elle m’a apporté.

J'ai appris à danser avec les JASMINS, j’avais 10 ans, chez elle au quartier officiel et après les répétitions nous allions avec grand plaisir dans son jardin pour prendre des fruits (sur tout des cacaos, prunes, mangues etc.)

C'était un vrai bonheur pour nous de pouvoir danser toute l'année ces danses devant la population et surtout pendant la fête patronale.

Cette Dame me surprenait car lorsqu’en croyait qu’elle était fatiguée, elle était là bien debout.

Je me souviens de mon premier spectacle, les JASMINS préparaient un grand spectacle sur l’esclavage au CCL et MANCIL était trés fatiguée pendant toute la période qui précédait.

Figurer vous que le BON DIEU a su lui donner l’énergie nécessaire pour superviser le montage de ce spectacle.

Elle a surtout trouver la force de me dire avec ses mots, qu’avec mes 10 ans et mes 2 mois d’anciennetés : « tu dansera comme tout le monde pour le spectacle alors dépêche toi d’apprendre …. ».

Voilà ce que je voulais partager avec vous afin de rendre hommage à Mme Cécile LEO que je remercie encore une fois et lui souhaite une très longue et bonne retraite près de toutes sa famille et… ses plantes. Merci Man Cil'.
Louis-Joseph HB.

3.Posté par M-CD le 16/03/2005 23:53
Bravo, bravo, bravo à madame cécile, à son dévouement à sa curiosité, à son attachement aux danses guyanaises. N'y connaissant rien elle est allé chercher avec qbnégation l'information pour former son groupe mythique les jasmins. Je recommande donc à l'anonyme de faire pareil et de ne pas attendre qu'elle vienne, mais d'aller la voir, car nos anciens partent.
En tout cas en tant que jeune de ce temps là je la remercie pour ce qu'elle nous a apporté.

4.Posté par Paul HD le 20/03/2005 02:20
Madame Cécile vous êtes remarquable, magnifique pour avoir tant fait pour le folklore Guyanais et des antilles dans vous avez été bercé. Encore toute mes félicitaion à vous et l'Association Le Reste Du Monde" qui poursuit la conservation de notre tradition locale.

5.Posté par MODESTE le 25/03/2005 15:43
bonjour Man Cil,

Je ne vais pas repeter ce que Louis-Joseph vient de dire mais je le confirme. Et je peux vous dire qu'il s'en est bien sorti ce jour là. Naturellement Man Cil était toujours derrière nous pour nous booster, nous encourager, et au bout le spectacle qu'on attendait alors on donnait tout ce que l'on avait dans notre trippe. Si la petite équipe d'époque lit le reportage qui est trés bien, je leur fais un petit coucou. Bien le bonjour Man Cil et à toute la famille.
PS: Nadine suit ton chemin sur le folkore. Biz Lydie

6.Posté par Ella le 17/04/2005 19:51
J'ai beaucoup apprécié cette interview c'est dommage que d'autres personnes n'aient pas pris exemple sur elle ou que les jeunes comme moi ne s'investissent pas plus pour notre folklore ceci dit je pense et j'en suis sûr que sa fille Nadine pourrait bien reprendre le flambeau si je me souviens de ses prestations lors des nombresuses fêtes de Saint-Laurent BISOU E PI TCHIMBE RED PA MOLI

7.Posté par robinson christian (coquillette) le 16/05/2005 19:11
bravo pour tout ce que tu as su apporter pour notre comune tu es une grande dame qui meriterai une statut un GRAND MERCI je t'embrasse tres fort coquillette

8.Posté par sabrina le 18/11/2005 03:20
Juste un petit passage pour faire un gwo bisou a tante cecile de la part de sa petite nièce sabrina

9.Posté par Colette le 18/11/2005 03:40
Depuis la Martinique j'envoie milles bisous à ma tante chérie mwen save que cé en femme qui fô et sublime il n'y a pas 2 comme elle.
C'est fantastique de lui rendre cet hommage, la Guyane lui a donné mais elle a su donner en retour de son savoir, de son dynamisme. Avec elle on ne s'ennuie jamais car elle est pleine d'humour et de joie de vivre.
Encore bravo et à bientôt tatie- Gros bisous de coco

10.Posté par titine le 18/11/2005 13:09
grand bravo et gros bisous à tante cécile depuis la martinique , nous sommes très fière de toi!! on pense beaucoup à toi !! à très bientôt!! ta petite nièce christine

11.Posté par viviane (vivi) le 18/11/2005 14:27
de ta nièce vivi de la Martinique, un grand bravo pour toutes ces choses que tu nous as tant donné et que tu donnes encore, c'est toujours avec une grande joie et un grand plaisir quand je suis à tes cotés.
Milles bisous à toi tatie vivi qui t'aime.

12.Posté par Liline (Jocelyne) le 18/11/2005 19:41
Tu sais tante Cécile, que nous ne cesserons de te dire bravo pour tout ce que as pu faire, et aussi ce que tus fais encore. Tu as toujours été pleine de joie, d'humeur, de tendresse et ton côté protecteur ne peut que te rapporter en retour que ce que tu mérites, c'est à dire l'amour des autres. Encore merci, bravo et surtout saches que tu es une tres grande Dame pour les tiens qu'is soient en Guyane, en Martinique ou ailleurs. Gors bisous de Dominique san oublier la chippie Michelle.

13.Posté par PLACIDE GHISLAINE le 18/11/2005 20:40
Je viens de lire cet article te concernant et j'en suis très fière. On ne t'oublie pas non plus à la Martinique. Peut être seras tu des nôtres à Noêl ! Nou ka atann ou pou chanté nwèl la.
Gros Gros bisous à très très bientôt !!!

14.Posté par Marc Smith le 19/06/2006 02:35
Bonjour. Je suis Mauricien etabli en Australie depuis 1968. Je suis arrivé sur votre site en cherchant la musique de la danse du lancier. J'en cherche depuis tres tres longtemps sans succes. Votre page que j'ai lue est http://www.97320.com/Cecile-Leo,-une-vie-bercee-par-le-folklore-_a859.html et je voudrais bien savoir si Mme Cecile Leo (du groupe Les Jasmins) pourrait m'informer ou je pourrais m'acheter une copie de la musique du lancier. Je cherche la nostalgie de la danse de mes parents. Merci beaucoup.

15.Posté par paola le 04/09/2009 08:26
Bonjour,

Je viens de découvrir votre site et le témoignage de madame PLACIDE Cécile.
Je suis la petite fille du défunt Simon PLACIDE du François en Martinique mais mon père ne porte pas son nom. J'ai fait des recherches généalogique et par le biais du défunt PLACIDE Lambert du François, j'ai retrouvé une demi-soeur à mon père. Par le biais de votre site, je souhaiterais savoir si Mme PLACIDE Cécile et ses nièces sont des parentes.
Par avance merci pour la publication de ce message (sans mon adresse mail).

16.Posté par Régine le 01/02/2011 09:12
Bravo, fière de vous

Nouveau commentaire :
Twitter







Facebook

Les annonces

Vente (70)

Divers (14)

Immobilier (40)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube